L'Arabie saoudite a-t-elle abandonné son rôle de leader du monde islamique?

MBS mo
L’Arabie ne condamne pas la politique chinoise à l’égard des Ouïghours

La France a appelé la Chine à cesser la 'détention arbitraire de masse' des Ouïghours, cette minorité musulmane de la Chine.

Les Ouïghours ou Ouïgours sont un peuple turcophone et à majorité musulmane sunnite, habitant la région autonome ouïghoure du Xinjiang en Chine et en Asie centrale. Bien qu’ils soient turcophones, les Ouighours n’ont pas reçu de soutien de la Turquie.

L’article du consul chinois à Djeddah, qui a été publié dans plusieurs médias saoudiens, est remarquable car le responsable chinois défend la politique de son pays à l’égard de la minorité ouïgoure, qui pourtant, aux yeux de beaucoup de dirigeants dans le monde est une forme d’oppression sévère.

Selon un commentateur, cela est le signe que l'Arabie saoudite redéfinit son rôle dans le monde islamique. Abdel Nasser a déclaré dans un article que 'la voix donnée au consul chinois à Djeddah – donc sur le propre sol de MBS – démontre le désir du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, de préférer une nouvelle approche politique, car il donne la priorité à des intérêts plus nationaux et laïques. Cela est crucial pour le royaume'.

Abdel Nasser a ajouté que la nouvelle politique du royaume pourrait servir le prince héritier à l’égard de la nouvelle administration américaine, malgré l’opposition de Washington à la politique de Pékin envers la minorité musulmane ouïghoure.

Dans son article, Abdel Nasser qui a indiqué que le Royaume est devenu moins franc dans sa rhétorique sur la question palestinienne après avoir été l'un de ses principaux soutiens politiques, en profite pour signaler que l'Arabie saoudite ne soutient pas plus le Pakistan dans la région du Cachemire, forçant le Pakistan à se tourner vers la Turquie pour obtenir un soutien.

L’Arabie prêtera plus d’attention aux enjeux nationaux

L'universitaire saoudien, le prince Abdallah bin Khalid, explique les dernières positions du royaume par le fait que selon le prince, l’Arabie Saoudite n’a pas à gérer les problèmes politiques extérieurs puisqu’elle souffre de l’islam politique. Islam politique auquel certains citoyens saoudiens ont adhéré, sans prêter attention aux enjeux nationaux. Emily Hawthorn, analyste politique au Stratfor Center, estime que l’Arabie Saoudite veut ménager l’administration Biden en se montrant modérée dans son implication dans le leadership des pays islamiques.

Les Saoudiens vont préférer un État moderne axé sur une économie plus forte à continuer d’assumer le rôle de chef de file du monde islamique, a ajouté Hawthorne. "C'est une stratégie qui peut s’avérer profitable pour eux, en termes de gestion des affaires intérieures.". Il est à noter qu'au cours des dernières années, l'Arabie saoudite a été en mesure de limiter le rôle des chefs religieux en interne, alors qu'elle s'est lancée dans l’adoption timide et lente des mœurs occidentales de la société, telles que permettre aux femmes de diriger des entreprises et mieux inclure les femmes dans la vie quotidienne.

Auteur :
Mis en ligne : Samedi 23 Janvier 2021

 
Dans la même thématique
 
Articles connexes