L'Algérie émet des réserves par rapport aux vaccins

Bekkat Berkani docteur algérien

On nous a annoncé un vaccin prometteur, mais qui inquiète peut-être parce qu'il a été rapidement conçu. Si l’innocuité et l’efficacité étaient toutefois confirmées et le vaccin approuvé prochainement, l’Algérie est réservée et se réserve le droit d’attendre l’avis de l’Agence nationale du médicament et les recommandations de l’OMS…

Un éminent scientifique algérien, Dr Bekkat Berkani, a affirmé que 'l’Algérie préfère attendre le feu vert de l’Organisation mondiale de la santé pour se prononcer sur celui qu'elle considérera comme le plus efficace et le moins nocif', met-il en évidence. 'L’Algérie choisira le type de vaccin avalisé scientifiquement, d'après des recommandations de l’OMS, et condition sine qua non, après avoir pris l'avis des instances de contrôle sanitaire algériennes, que sont l’Agence nationale du médicament, l’Institut Pasteur et le Comité de lutte contre le coronavirus covid-19, qui ont leur mot à dire concernant l’éventuelle toxicité de ces vaccins', explique-t-il.

M. Bekat, a précisé que le vaccin serait réservé en priorité aux personnels soignants, personnes âgées et celles qui souffrent de maladies chroniques. Il prévient enfin que l’Algérie choisira le vaccin qui présentera les meilleurs garanties d’innocuité pour la santé des Algériens, donc 'le plus efficace, tout en n’étant pas trop cher et pas nocif, c’est-à-dire n'ayant pas d’effets secondaires graves', fait-il observer, soulignant que le pays pourrait être amené à diversifier ses fournisseurs potentiels.

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 2 Décembre 2020

 
Dans la même thématique
 
Articles connexes