Le khôl


Le khôl est un fard dont la couleur varie du bleu nuit irisé au noir profond en passant par le gris anthracite. La poudre cosmétique est à base d'un minéral métallisé.

 

Le khôl, fard oriental qui sublime l'oeil en lui donnant du mystère, a toujours fasciné... "Tout le monde connaît le charme de ces yeux orientaux dont l'éclat s'augmente de cette ligne noire due à l'emploi du khôl, en usage dans tout le Levant." disait Eugène Delacroix.
La légende en fait un présent divin : quand l'éclat du Seigneur parut sur le mont du Sinaï, il embrasa la montagne entière et en calcinant toutes ses pierres, les transforma en khôl...

Les vertus du khôl

Le khôl était utilisé comme produit de soin, pour soigner des conjonctivites, des irritations et des rougeurs de l'oeil. L'utilisation du khôl chez les peuples orientaux avait donc, d'abord, une raison pratique : il était réputé protéger des infections oculaires, mais aussi du vent sablonneux et de la lumière ardente du désert. D'ailleurs, les hommes et les enfants (Bédouins, Berbères et Touaregs en particulier) en mettaient aussi. Au septième jour d'un nouveau-né, la sage-femme mettait du khôl au bébé, afin de protéger ses yeux fragiles des piqûres d'insectes et des conjonctivites. Concernant l'aspect esthétique, le khôl n'a pas son pareil pour souligner le regard, c'est pourquoi jadis, il n'y avait pas de femme qui n'eût du khôl en sa possession.

L'application du khôlYeux maquillés au khôl

Le fard est mis dans une petite bouteille avec un bouchon en liège ou en verre, appelé le Mekhal. Si de nos jours les contenants sont en verre, à une époque, les Mekhals étaient fabriqués dans des matières aussi diverses que le verre, le plomb, le cuivre, l'argent et même l'or pour les plus luxueux ! Pour appliquer le khôl, on utilise un bâtonnet à l'embout arrondi appelé le Meroued, fabriqué en bois ou en mérold, c'est-à-dire en corne de mouton. On trempe le Meroued dans le pot du khôl puis on le fait glisser de l'intérieur vers l'extérieur de l'oeil.

La préparation du khôl

La recette de cette poudre varie du Maghreb au Moyen-Orient : chaque région et chaque femme a sa propre recette. L'une des recettes classiques consiste à mélanger en proportions égales du sulfate de cuivre, de l'alun calciné, du Zenjar (carbonate de cuivre) et quelques clous de girofle, puis de réduire les différents ingrédients dans un mortier. Parfois on y ajoute quelques gouttes d'huile d'olive pour le rendre plus doux à l'application. Puis on recueille la poudre dans un vase en terre, que l'on expose à une petite flamme. Enfin, on la tamise à travers un fin mouchoir et on la met dans le mekhal.


Auteur :
Mis en ligne : Lundi 20 Décembre 2004 à 08:00 CEST.



 
Les liens rapides
Les articles récents
Les musts
 
 
 

© 2014. Tous droits reservés. 
Mentions légales
Ce site est inscrit à la CNIL sous le numéro 1134087
Developpement sur mesure - Miya-Dev 
Hebergement d'infrastructure Web SAAS - Daicome 
Conseils - Ingénierie & Conception - digital services ingénierie