Mme Cohen dénonce la blanchité de la cuisine française

Gastronomie française
Gastronomie française

À l’occasion d’un séminaire organisé par l’École de droit de Sciences Politiques (Sciences Po) de Paris-Nanterre, Mme Mathilde Cohen, chercheuse au CNRS et à l’université du Connecticut (USA), a expliqué un nouveau concept : celui de la "blanchité alimentaire dans la culture française". Pour introduire son sujet, Mme Cohen présente "l’utilisation de l’alimentation" comme un moyen de "renforcer la blanchité comme identité raciale dominante".

L’alimentation française serait donc un outil au service d’une cause raciste et suprémaciste. En cause, selon elle : des "habitudes alimentaires (…) façonnées par les normes des classes moyennes supérieures blanches".

L’alimentation à la française est très vaste. Elle est composée des traditions des différents terroirs français mais aussi de la gastronomie conçue par des chefs qui ont poussé l’alimentation française au rang d’art reconnu mondialement. De ce fait, de quelle alimentation forgée par "des classes moyennes supérieures blanches" parle-t-elle? Cela, elle ne l’expliquera pas, elle s’en sert comme une vérité absolue sans réellement donner une définition claire. Elle ajoutera avec insistance : "Les contours de la blanchité sont maintenus à travers des pratiques alimentaires quotidiennes".

Si déjà le concept apparaît peu clair, voire nébuleux, Mathilde Cohen établit ensuite un parallèle entre "la nourriture halal et la question du voile". Franchement, quel rapport ? Puis elle affirme que la nourriture halal et le voile islamique sont "incompatibles avec la francité et son idéologie radicalisée de l’universel". Et la "chercheuse" d’emprunter en guise d’exemple "la réglementation des cantines scolaires, qui furent établies au XIXe siècle" un moyen selon elle de servir un "discours racialisé et eugéniste"...

Pour les plus courageux qui auraient continué à écouter, malgré tout, la suite de son incongrue explication, Mme Cohen rajoute que "Les normes alimentaires chrétiennes et blanches représentent donc la position par défaut, un peu comme la blanchité elle-même est souvent vue comme une forme d’identité neutre et non raciale".

Puis elle s’égare en prenant l’exemple, sans rapport, de l’époque coloniale au cours de laquelle "les administrateurs coloniaux prêtaient attention aux modes de vie des postulants" à la nationalité française, "y compris à leurs habitudes alimentaires". On demandait à ceux qui désiraient devenir Français quels étaient leurs habitudes alimentaires: "Mangeaient-ils du riz ou du pain? Mangeaient-ils au sol ou attablés?". Autant de questions abordées qui lui laissent alors conclure: "Le droit contribue à marginaliser les minorités raciales et ethniques en accordant à la culture alimentaire blanche française le statut de régime alimentaire privilégié et juridiquement protégé".

Donc on mélange dans un concept le voile islamique, l’alimentation islamique, la prétendue insolence de la France de développer un art de la table pour lesquels ils seraient supérieurs, une alimentation française qui serait le fruit d’un peuple blanc, ce qui déjà en soi est un crime, mais qui se voudrait en plus discriminatoire et eugéniste…

Prenons le temps de répondre à cette pensée très orientée.

Tout d’abord pourquoi devrions-nous reprocher à un peuple d’avoir ses propres habitudes alimentaires? Pourquoi tout ce qui forge l’identité d’un peuple devrait être dissout? Pour permettre de mieux intégrer l’autre? Celui qui vient de l’autre bout du monde et qui ne pourrait s’intégrer? Ce n’est pas très sérieux Mme Cohen….

Femme blonde aux yeux bleus attablée
Femme blonde aux yeux bleus attablée

Pourquoi ensuite refuser que les Français aient excellé dans l’art de la table ? Vous jalousez les Français pour cette réussite ? Votre tentative de développer une idéologie à la mode, et qui repose sur le fait de voir un racisme, un suprémacisme ou de la discrimination partout est ratée. Nous n’avons pas été convaincus par votre "démonstration".

Pourquoi associer à votre concept les musulmans en France ? Vous pensez réellement que les musulmans ont un problème avec l’alimentation française ? Vous vous trompez dans ce cas. Passons en revue quelques plats français typiques afin d’être sûrs que nous parlons de la même chose ! Quand on effectue des recherches dans ce domaine afin de trouver un consensus, certains plats reviennent fréquemment et sont considérés comme particulièrement représentatifs de la cuisine française, voici les plats typiques : Tartiflette, coq au vin, boudin blanc aux pommes, pot au feu, quiche lorraine, bouillabaisse, crêpes, steak tartare, cassoulet, huîtres fraîches au citron, pissaladière, raclette, bœuf bourguignon.

En fait l’alimentation typique de France est tellement riche qu’il est difficile de ne choisir que ces plats! Alors oui les musulmans ont besoin d’une nourriture halal, ne mangent pas de porc mais ça s’arrête là. On peut estimer que si on ne mange pas de porc on ne peut pas aimer la cuisine française mais ce serait faux, de nombreux Français ne mangent pas de porc et ne sont pas musulmans. La nourriture doit être halal mais il s’agit de s’assurer que la nourriture est saine avant tout, qui pourrait être contre? Par ailleurs les musulmans peuvent boire du vin, qui est une boisson typique de la cuisine française, à la seule condition qu’ils ne tombent pas dans l’excès, dans l’ivresse. Boire un peu de vin de temps en temps pour un musulman n’est pas en contradiction avec le rite : la preuve, on sait que longtemps après la révélation de l’islam, des cheikhs imminents ont continué à boire du vin dans les tavernes (voir Les Mille et Une Nuits). Même si il est préférable d’apprécier le vin, le fromage et le cochon pour être à l'aise avec la cuisine française, les spécialités sont si vastes qu’il y en a pour tous les gouts! Autre exemple ; le steak tartare est à base de viande crue : il faut aimer… Mais il n’y a pas de règle stricte en islam concernant la viande crue : certains savants disent qu’elle est permise, d’autres pas. Pour les huîtres et le pot au feu – à base de viande de bœuf – aucun problème pour un musulman. D'ailleurs la plupart des plats listés ne posent aucun problème aux Musulmans.

Ce qui est surtout curieux c’est de ne parler, Mme Cohen, que des musulmans. Rappelons en effet qu’il en va de même des Juifs pratiquant le judaïsme. On peut trouver des Juifs non pratiquants qui mangeront de tout, selon leurs goûts, comme tous les Français, et puis des Juifs pratiquants qui mangeront encore moins de plats français que les musulmans puisque l’alimentation cacher [Kascher] est encore plus stricte en matière d’interdit(s): la salade, par exemple, doit être lavée pratiquement avec une loupe pour en retirer toute impureté sinon elle n'est pas cacher. Les Juifs seraient donc oppressés par la cuisine française aussi?

Et puis tant qu'on y est, pourquoi focaliser sur l'alimentation prônée par la religion? Car c’est également sans compter, Mme Cohen, sur les régimes alimentaires que de nombreux Français ont embrassé depuis plusieurs décennies : régime sans gluten, régime détox, régime végétarien, régime vegan, régime sans sel ou sans sucre, régime paléo etc. Ces Français sont donc moins Français que les autres? Des Français de souche seraient eux aussi oppressés par la "blanchité de la cuisine française" du coup non? Ridicule.

Vous imaginez donc que tous les Français mangent du porc et boivent de l’alcool et que ceux qui s'y refusent ne sont pas Français? Votre concept, Mme Cohen, est donc basé sur votre propre appréciation du peuple français qui est malheureusement biaisée. Vous faîtes un amalgame. Vous méconnaissez le peuple français dans toute sa diversité. En tout cas il est difficile de comprendre votre objectif avec ce concept, si ce n’est celui d’essayer de plonger toujours un peu plus un pays et les composantes qui l’habitent dans un chaos général et une atmosphère conflictuelle.

Auteur :
Mis en ligne : Lundi 5 Juillet 2021

 
Dans la même thématique
 
Articles connexes