Saveurs du Moyen-Orient

Méchoui
Méchoui

Qu'y a-t-il de mieux que de découvrir un pays ou une culture à travers sa gastronomie ? Nous vous proposons de découvrir d'où viennent les habitudes alimentaires de l'Arabie et de l'Egypte.

Les contes, comme les représentations picturales de festins dans des temples et des tombes des pharaons, laissent penser qu'il existait jadis un art culinaire subtil en Egypte.

La base de l'alimentation repose essentiellement sur des légumes secs et du pain : il y a falafel et bint al sahn (pain sucré aux œufs) au Yémen. Ce que l'on appelle "l'Arabie Heureuse" (l'actuel Yémen), a longtemps été un paradis pour les gourmands ! En effet, autrefois, l'Arabie du Sud était une terre d'abondance où croissaient une multitude de bananiers, d'arbres à agrumes et de papayers dans les vallées et quantité de pommiers ou abricotiers en plaine, ainsi que des céréales (blé, millet, etc.) lorsque que le sol le permettait. N'oublions pas non plus les palmiers dattiers des oasis : ces fruits qui poussent dans le désert sont encore très consommés par les peuples du désert, qui en extraient même un jus ! Enfin, on pratiquait autrefois dans la région le commerce des épices, sans lesquelles la cuisine orientale ne serait pas ce qu'elle est ! 

Les plats typiques

Chaque pays a un ou plusieurs plats typiques. Le plat national en Egypte est un plat de fèves, le foul. Il s'agit d'un plat composé de grosses fèves cuites dans l'eau, que l'on fait ensuite revenir dans l'huile, que l'on assaisonne avec de l'ail, du piment et éventuellement du cumin, et que l'on arrose de jus de citron. L'autre plat national égyptien - également connu des Tunisiens et des Algériens de l'Est - est la mouloukhia, un ragoût aux herbes, un peu pâteux, préparé avec une poudre de couleur vert foncé (la poudre de Corète), accompagnée de viande de volaille, en général. Il existe toutefois plusieurs recettes pour préparer la mouloukhia, et au Maghreb, on préfère l'accompagner de viande de lapin. Au Yémen, le plat national est le salta. Il s'agit d'un ragoût épicé, composé de mouton ou de poulet, de lentilles, de haricots, de pois chiches et de coriandre. Les Yéménites ont aussi leur chorba, qui, contrairement à la chorba algérienne (une soupe de blé concassé), est à la fois une soupe et un ragoût à base de lentilles. Dans les Emirats arabes, les repas, peu variés, sont principalement constitués de viande de poulet et de mouton grillés (méchouis), de poissons frits, de riz (une céréale très consommée au Moyen-Orient) et de salades de légumes.

Les pâtisseries

Les pâtisseries sont incontournables dans la cuisine arabe, elles accompagnent les festivités. Ces pâtisseries arabes sont fabriquées avec de la semoule, des pois chiches ou de la pâte de datte et parfumées à l'eau de fleurs d'oranger ou à l'essence de géranium.

La cérémonie du café

Traditionnellement, le café arabe doit être consommé très chaud, sucré et parfumé à la cardamome et servi dans de toutes petites tasses. Au Yémen, le café typique est le moka, un café très fort (au point de donner le tournis à ceux qui n'y sont pas habitués !) et parfumé au gingembre. En principe, on boit le qahwa (café) après un repas. Mais servir un café est aussi, pour les Arabes, une espèce de protocole : tout invité qui arrive dans un lieu privé ou un bureau est accueilli par la cérémonie du café.

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 3 Septembre 2008
 
Dans la même thématique