La série TV saoudienne Halal Victims interdite

La serie Halal victims

La série 'Halal Victims', comprenez les victimes du mariage Halal, le mariage saint, a été diffusée il y a peu par la chaîne saoudienne MBC.

La série traite en fait des mariages temporaires, une tradition toujours perpétuée de nos jours et qui remonte à une période antérieure à l’Islam en Arabie Saoudite.

Il s’agit d’un mariage à durée déterminée entre époux qui est contracté sous certaines conditions. L’équivalent dans le monde occidental serait les fiançailles.

La série a soulevé un tsunami d’indignations auprès du public saoudien, après notamment la parution d’un épisode mettant en scène un mariage entre un écolier, jeune adolescent, et une femme adulte.

Choqués, les Saoudiens ont estimé qu’il fallait retirer et censurer au plus vite la série, considérée comme un encouragement à la 'pédophilie'. Certains voient la série comme une déformation des coutumes de la société saoudienne, comme une véritable perversion et une honte.

Les spectateurs craignent qu’une telle série puisse inciter les femmes saoudiennes à vouloir faire de même dans la vraie vie et redoutent que les jeunes garçons finissent par trouver ce comportement normal.

Les critiques accusent le scénariste de diffamer et de calomnier la société saoudienne et de ne pas connaître ses coutumes et ses traditions.

Un internaute qui a vu la série a ainsi réagi : 'Le scénariste est Syrien ou Egyptien : est-ce que c'est vrai ? Eh bien, c'est une série intitulée Victimes du Halal, qui traite de la 'crise' du mariage coutumier en Arabie saoudite, or il se trouve que le scénariste est Syrien ; il est donc mal placé pour parler du mariage en Arabie'.

Il est vrai que la Syrie et l’Arabie sont deux pays du Moyen-Orient, toutefois, il s’agit bien de deux pays différents, surtout au niveau des mœurs.

Une autre réaction sur Internet a reçu un soutien massif : 'Dans le monde entier, les séries reflètent le mode de vie de façon réaliste, qu’il s’agisse du scénario ou de la supervision des acteurs et des réalisateurs locaux, à l'exception des séries saoudiennes ! Nos séries versent trop souvent dans la déformation perverse et vont jusqu’à représenter et créer des histoires et des scénarios offensants pour tout le Peuple saoudien. J'espère que tous ceux qui ont facilité et financé la production de ce travail, des ordures et des merdes, seront tenus responsables.'

De nombreuses personnes choquées par la visualisation de cette série ont estimé qu’il pouvait être déroutant pour un enfant de voir des scènes où une femme adulte montre une attirance, un désir sexuel pour un adolescent.

L’adolescence est une période qui correspond à des transformations biologiques, des changements psychologiques et à une sexualité naissante. Pendant cette période, le jeune individu cherche à créer puis à développer sa propre identité en explorant divers domaines. Selon l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), l’adolescent est une personne dont l’âge est compris entre 10 et 19 ans tandis que le 'jeune' – terme plus vaste – aurait entre 15 et 24 ans.

Le tabou de femmes pédophiles et incestueuses

On aurait souhaité qu’un autre symbole soit mis en avant pour faire progresser la parité entre les hommes et les femmes.

Il est communément admis, dans le monde entier, et cela quel que soit la culture ou la civilisation, que la séduction et l’attirance envers les très jeunes personnes n’existe que chez les hommes.

On a crû longtemps que l’agression sexuelle contre un mineur était le triste monopole de la puissance mâle: l’agression ne pouvait être que phallique.

Pourtant, ce qui a été longtemps dénié s’impose progressivement : les femmes peuvent également succomber à cette tentation que la morale réprouve.

Pourquoi nos civilisations ont elles tant tardé à reconnaître la pédophilie par des femmes sur de jeunes garçons ?

Par crainte sans doute du paradis perdu : la remise en question de l’image de la mère nourricière asexuée et rassurante est taboue. Cela implique l’effondrement du dernier mythe, l’ultime rempart contre une vision de l’être humain tel qu’il est au fond de chacun, à la fois ange et démon : c’est-à-dire que personne n’est par nature complétement bon ou mauvais, chacun, quel que soit son sexe peut pencher vers de bons ou de mauvais comportements.

Les sociétés ont laissé faire : On a laissé par exemple s’installer l’idée qu’un premier rapport sexuel pour une jeune personne avec une personne d’âge mûr serait un must dans l’éducation sexuelle…

De nombreux exemples dans les arts, la littérature, les documentaires ou films cinématographiques ou encore des actions militantes peuvent ainsi être cités pour illustrer la propagande subversive qui laisse à penser que ces situations sont en fait possibles, voire normales, voire même souhaitables.

Qui dit sexualité précoce, dit situations embarrassantes

Alors qu’on essaye d’emmener les populations à progressivement accepter la pédophilie sous toutes ses formes, revenons à des données factuelles, à du concret : agir sur les comportements sexuels des jeunes n’est pas sans conséquences.

Prenons l’exemple du Bénin un pays de l’Afrique subsaharienne. On dispose là-bas d’un exemple démontrant les conséquences que peut avoir le fait de considérer des mœurs perverses comme mœurs normales.

Les jeunes au Bénin ont souvent – pour ne pas dire toujours – des relations sexuelles précoces. Les jeunes filles ont souvent dès leur adolescence des relations imposées par une personne adulte.

BD africains

De fait, les avortements clandestins constituent la première cause de décès maternel chez les adolescentes et les complications liées aux grossesses et accouchements chez les ados en sont la deuxième. Par ailleurs l’OMS estime que 16 millions de jeunes filles âgées de 15-19 ans contre un million de jeunes filles de 10-14 ans accouchent chaque année.
Selon l’EDS 2011 ; 42% des jeunes de moins de 25 ans, 26% des adolescentes de 15-19 ans et 6% des adolescentes de moins de 15 ans ont déjà procréé.

De très nombreux jeunes contractent des IST (Infections sexuellement transmissibles) et plus de la moitié des nouveaux cas de VIH ont moins de 25 ans.

Cette sexualité juvénile entraine donc des maladies, des morts, des jeunesses détruites, l’incapacité pour le jeune individu de se développer et un modèle qu’il va lui-même reproduire ou considérer comme normal.

La santé des adolescents comprend 3 aspects dont l’éducation doit tenir compte : une bonne condition physique, le bien-être mental et l’absence de maladie. Les abus sexuels compromettent le développement psychique de l’adolescent.

En France, nous pourrions citer l’enquête d’Anne Poiret sur les victimes des pédophiles. Elle s’est heurtée à bien des réticences et des scepticismes. C’est justement cette hostilité ambiante qui a poussé la journaliste à approfondir ses recherches. Du témoignage d’hommes et de femmes victimes jusqu’à celui de mères condamnées pour agression sur leur enfant, en passant par les procès d’Outreau et d’Angers ou encore les dialogues de certains sites Internet, elle nous fait la démonstration de la réalité de ces pratiques : non ces femmes n’ont pas agi sous la seule menace ou influence d’un complice masculin. La femme prédatrice et pédophile existe malheureusement dans nos sociétés.

Le monde anglo-saxon, qui a toujours eu quelques décennies d’avance dans l’étude de ces questions, a élaboré dès 1989 un modèle qui distingue entre les femmes qui tombent amoureuses d’adolescents, celles qui agressent leur propre enfant impubère et celles qui partagent avec leur conjoint leur attirance pédophile.

Il est urgent et nécessaire que des études sérieuses soient menées sur les effets de cette sexualité perverse sur les jeunes victimes, bien que le bon sens nous fasse dire que cela ne peut être que traumatisant et destructeur pour le développement du jeune.

En tout cas, la série Halal Victims n'est, pour l'instant, plus disponible sur la chaîne MBC. Finalement, la diffusion de cette série télé en Arabie met en lumière un conflit de moralité entre les personnes indignées et celles qui trouvent normal de diffuser des relations pédophiles, vues comme normales puisque mieux tolérées dans les sociétés occidentales. Espérons que la morale et les bonnes mœurs demeurent !

Auteur :
Mis en ligne : Jeudi 31 Décembre 2020

Autour de ce sujet