Remise du prix L'Oréal à deux femmes de pays arabes

Ahmed Hassan Zewail

Souvenirs

Le mardi 9 novembre 2010 le Pr. Ahmed Zewail (1), a annoncé le palmarès des cinq lauréates de l'édition 2011. Chaque année, cinq femmes scientifiques émérites, une par continent, sont mises à l'honneur pour la contribution de leur travaux, la force de leur engagement et leur empreinte dans la société.

"Avec le centenaire du Prix Nobel de chimie de Marie Curie en 2011, cette année, le Programme pour les Femmes et la Science prend tout son sens, plaçant les femmes et la chimie au coeur du débat scientifique", a souligné l'organisateur du concours. Plus de mille scientifiques de haut niveau du monde entier ont identifié les candidates. Le jury international, composé de 16 membres éminents de la communauté scientifique et présidé par Ahmed Zewail, Prix Nobel de chimie 1999, a élu les 5 chercheuses.
 
Pour l'Afrique et les Etats arabes, le Professeur Faiza Al-Kharafi, Professeur de chimie à l'Université de Koweït à Safat, a été récompensée pour ses travaux sur la corrosion, un problème d'une importance fondamentale pour le traitement de l'eau et pour l'industrie pétrolière. Née au Koweït, Faiza Al-Kharafi a obtenu une licence à l'Université Am Shams, en Egypte, avant de retourner au Koweït pour poursuivre son master et son doctorat à l'Université de Koweït. Elle a ensuite occupé un certain nombre de postes d'enseignement et de recherche à l'Université de Koweït, notamment le poste de première femme présidente de l'université pendant presque dix ans. Le premier Symposium de chimie Koweït-France a été tenu sous son patronage en 2009. Elle est actuellement Vice-Présidente de l'Académie des sciences pour les pays en développement.

Prix L’Oréal 2019

Najat Aoun Saliba


La Pr. Saliba mène des recherches de pointe sur la composition chimique et toxique de l’air pollué. Ses travaux innovants en chimie analytique et atmosphérique permettront de relever certains des défis environnementaux les plus pressants. Elle recevra le prix 2019 L’Oréal-UNESCO Pour les femmes et la science pour l’Afrique et les États arabes, en reconnaissance de son travail pionnier dans l’évaluation et la compréhension des transformations des polluants ambiants au Liban et au Moyen-Orient. La Pr. Saliba est animée par le désir de comprendre l’origine des risques pour la santé et l’environnement au niveau moléculaire. "C’est la compréhension de la structure moléculaire et des mécanismes qui provoquent des réactions qui nous permet de nous faire une image macroscopique du climat et de l’environnement", explique-t-elle.
Ayant grandi dans la bananeraie familiale en pleine campagne libanaise, elle a hérité des liens profonds qu’entretenait son père avec la terre. Plus tard, lorsque la guerre civile l’a poussée à s’installer en milieu urbain, perturbant le cours de ses études, elle a été confrontée aux réalités inquiétantes de la pollution de l’air, alors que le Liban était secoué par un scandale portant sur une affaire d’importations de carburant sale. Elle a également vu des parents, amis et collègues développer des problèmes de santé à la suite d’une exposition à des substances toxiques dans l’environnement. Saviez-vous qu’elle avait été la première à rapporter que contrairement à la croyance populaire, les cigarettes électroniques peuvent générer du monoxyde de carbone ?
Quant à la place de la femme dans les matières scientifiques, "La femme a toute sa place dans les sciences", dit-elle. "C’est un état d’esprit basé sur une logique forte et guidé par des preuves scientifiques." Espérons qu’elle sera entendue par les jeunes filles !
Les lauréates seront mises en lumière aux côtés de quinze jeunes talents féminins scientifiques internationaux, à l’occasion d’une cérémonie prévue le 14 mars au siège de l’UNESCO, à Paris.
(1)    Président du jury du Prix L'Oréal-UNESCO pour les Femmes et la Science

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 17 Mars 2019