Annulations de mariages contestables

Mariée déçue
Mariée déçue

Alors qu’en France, le juge vient d’annuler un mariage conclu entre un homme musulman et une femme qui avait leurré son fiancé en prétendant qu’elle était vierge alors que ce n’était pas le cas, en Arabie saoudite, une femme demande le divorce parce que son mari a vu son visage et un couple se voit forcé de se séparer pour cause d’infériorité sociale du mari!

Mariage annulé en France pour non-respect de la promesse de virginité de la fiancée

Saisi à la demande d'un mari musulman, le tribunal de Lille a annulé le mariage en estimant qu'il y avait "erreur sur les qualités essentielles" du conjoint, estimant que le non-respect d'une promesse sur la virginité entrait dans cette catégorie définie par le Code civil.

Ce faisant, le juge a-t-il approuvé le motif de non-virginité de la femme comme motif de nullité du mariage ou a-t-il uniquement reconnu que c’était un critère important aux yeux dudit fiancé?

La question fait débat. Des politiques, des associations et des personnalités avaient dénoncé jeudi dernier un recul du droit des femmes. A vrai dire, dans le contexte actuel de recrudescence du conservatisme religieux, une telle décision ne peut que paraître suspecte, même si elle part éventuellement d’un bon sentiment. Les associations de défense des femmes comme Ni putes ni soumises, craignent même que l’on puisse, à l’avenir, introduire la "répudiation" islamique de l'épouse dans la loi française.

Certains politiques français, horrifiés à l’idée qu’une telle décision ne cautionne des tabous archaïques, réfléchissent à supprimer toute possibilité d'annuler un mariage dans la loi, pour ne plus conserver que le divorce. Quelle est la différence entre un divorce et une annulation de mariage ? L’annulation du mariage efface toute trace du mariage et ses effets (y compris la légitimation d’un enfant né d’un couple marié), alors que le divorce dissout le mariage, mais sans en annuler les effets. Le divorce ouvre des droits à l’ex-épouse notamment, contrairement à l’annulation du mariage, qui revient à nier complètement l’existence passée du mariage.

Pour conclure, essayons tout de même de voir du positif dans cette décision : la jeune femme a échappé au mariage avec un traditionaliste pur et dur. On l’invite par ailleurs à assumer sa féminité et à chercher un fiancé plus ouvert d’esprit. A lire au sujet du tabou de la virginité en France, cet article.

Une femme quitte son mari parce qu'il a soulevé son voile

Une Saoudienne a voulu quitter son époux après trente ans de mariage parce qu’il a commis un péché impardonnable. Devinez lequel ? Il l’a trompée ? Non. Il lui a imposé des pratiques immorales? Non plus. Il a simplement voulu voir le visage de celle dont il partageait le quotidien depuis trente ans et à qui il avait fait des enfants. Oui, vous lisez bien, l’homme n’avait jamais vu le visage de la mère de ses enfants. Le couple fait partie d’une tribu du sud-ouest de l’Arabie saoudite, dans laquelle la coutume interdit à l’époux de découvrir le visage de son épouse. Or, une nuit, alors que sa femme dormait, le mari, rongé par la curiosité, a soulevé le voile dont sa femme ne se séparait jamais pendant son sommeil, pour découvrir le mystérieux visage de son épouse. Cette dernière, âgée d’une cinquantaine d’années, était choquée et furieuse au point de quitter le domicile conjugal et de demander le divorce ! Mais l’homme s’est sincèrement repenti de son péché et son épouse, qui a décidé de lui pardonner, est finalement retournée au bercail.

Avant d’en arriver là, l’époux avait demandé plusieurs fois à son épouse de dévoiler son visage, ce à quoi elle s’était toujours obstinément refusée. Désespéré, il avait même menacé d’épouser une seconde femme si elle refusait toujours de lui montrer son visage, mais rien n’y a fait, l’épouse lui ayant rétorqué "plutôt une coépouse que d’enlever mon voile". En Europe et même au Maghreb, une femme qui demanderait le divorce parce que son mari a regardé son visage après trente ans de vie commune, se verrait recommander une aide psychiatrique. Mais pas en Arabie Saoudite, pays aux tabous d’une lourdeur sans commune mesure dans le monde. C’est à se demander si les Saoudiens arrivent à respirer. A la question "Comment pouvez-vous avoir des enfants avec un homme qui ne voit jamais votre visage ?", la dame saoudienne mentionnée ci-dessus a répondu que le mariage était "une question d'amour, pas de visage.". Peut-être. Mais un amour qui ne montre pas son visage, c’est assez étrange quand on y pense.

Femme arabe avec le visage voilé
Femme arabe avec le visage voilé
Un couple heureux
Un couple heureux

Un couple qui a eu deux enfants, obligé de se séparer à cause de l’infériorité du mari

En 2006, Fatima et Mansour al Timani, un couple heureux, ont été séparés de force après trois ans de vie commune. Leur mariage a été annulé à la demande de la famille de Fatima, au motif que son mari était de rang social inférieur. Depuis, ils ne peuvent plus vivre ensemble, alors qu’ils ont eu deux enfants ensemble ! Le couple a contesté la décision en justice et a obtenu l'aide d'une organisation de défense des droits de l'homme, mais sans résultats. Si son appel au roi Abdallah ne lui permet pas de retrouver son mari et une vie de famille normale, Fatima pense mettre fin à ses jours.

Son mari, employé dans un hôpital, avait pourtant respecté la coutume en obtenant la permission du père de Fatima de l'épouser en 2003, a expliqué la jeune femme, informaticienne, âgée de 29 ans lors de son mariage. Elle assure que son père savait que Mansour venait d'une tribu de rang inférieur, mais que cela ne le dérangeait pas. Il n’empêche que quelques mois après le mariage, des proches de Fatima, dont un demi-frère, ont convaincu son père de les autoriser à demander l'annulation de l'union en justice, raconte-t-elle. Le père est décédé depuis, mais la procédure n’a pas été abandonnée. Le 25 février 2005, la police s'est présentée au domicile du couple, remettant à Mansour les papiers selon lesquels le mariage avait été annulé neuf mois plus tôt. "Nous étions anéantis. Comment cela a-t-il pu arriver ?", demande Fatima. Selon l'avocat du couple, les parents des époux peuvent demander l'annulation s'ils estiment que l'union affecte le statut social de la famille, en se basant sur des interprétations locales de la loi islamique.

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 1 Juin 2008
 
Dans la même thématique