La réélection de Bachar el Assad est un grand honneur (explique Bachar al-Assad)

Bachar al Assad
Bachar al Assad

Bachar al-Assad a été élu jeudi 27 mai 2021 à une majorité écrasante attendue: 'Ma réélection est un grand honneur qui me permettra de vaincre nos ennemis'.

Le président syrien Bashar al-Assad s'est engagé à vaincre ses ennemis quel que soit le nombre de batailles auxquelles il doit faire face, affirmant qu'il se sent habilité à le faire après avoir été réélu. Bachar al-Assad a en effet été réélu pour un quatrième mandat de sept ans. Dans un discours télévisé de victoire qui a duré neuf minutes, Assad a déclaré que les masses populaires avaient défié les ennemis de la Syrie et ceux qui remettaient en question la légitimité des élections en venant en grand nombre voter pour lui, les décrivant comme des personnes ayant un 'esprit combatif'.

Il a ajouté que le choix des citoyens de le désigner pour servir la victoire des Syriens pendant la prochaine période constitutionnelle est un grand honneur pour lui, et qu'il est convaincu qu'avec cet esprit combatif, ils pourront vaincre tous leurs ennemis quel que soit le nombre de batailles et ce, y compris si la route s’avérait difficile. Et le président du Parlement syrien, Hammoud Al-Sabbagh, a annoncé les résultats définitifs tard jeudi, expliquant qu'Assad avait recueilli 95,1% des voix et que le taux de participation était de 78,6%.

Pour la troisième journée consécutive, des célébrations auront lieu à Damas avec des rassemblements. Les manifestants ont agité des drapeaux syriens et des photos d'Assad, scandant 'Dieu, la Syrie et Bachar seulement'. Ils se sont réunis le jour des élections, après les résultats et avant le discours d'Assad.

La victoire d'Assad intervient à un moment où le pays est toujours dévasté par le conflit. Les combats se sont apaisés, mais la guerre n'est pas terminée, selon Sky News. La crise économique s'aggrave également en Syrie et plus de 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté, tandis que la monnaie locale est de plus en plus faible.

Al-Assad, ses proches collaborateurs et les responsables gouvernementaux font également face à des sanctions occidentales croissantes en plus de celles déjà imposées, qui se sont intensifiées depuis le déclenchement de la guerre.

Auteur :
Mis en ligne : Samedi 29 Mai 2021

 
Dans la même thématique
 
Articles connexes