La Hakma Ali : une série au suspense haletant

Valérie série Pas de jugement
Valérie série Pas de jugement

L’acteur syrien Qusay Khouli  (ou Kosai Khauli) et l’actrice libanaise Valérie Abu Chakra forment un duo à l’écran réussi. Ils jouent brillamment leur rôle dans la série La Hakma Ali (Pas de Jugement…). Cette série aborde le sujet ô combien sensible du trafic d’organes.

Le duo formé par Qusay et Valérie semble être en parfaite harmonie. Le jeu d’acteur de Qusay, vétéran dans l’art de jouer des rôles compliqués a choisi une façon d’interpréter son personnage qui se complète fort bien avec l’aura et la cohérence du jeu de Valérie. Elle est devenue clairement une grande interprète professionnelle, très compétente. Il est clair qu’elle ne se contente plus de son titre de Miss Liban à lui seul. Elle a même tourné certaines scènes dans la série sans aucun maquillage ! Et cela s’est rarement vu parmi les actrices arabes et libanaises en particulier.

L'histoire de la série tourne autour d'un jeune homme condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre de sa mère et de son mari, qu'elle a épousé après la mort de son père.

Valérie incarne le rôle d'un avocat qui cherche à élucider le meurtre de son père, un journaliste d'investigation, joué par l'acteur Fadi Ibrahim, l'acteur qui a été infecté par le coronavirus, qui aurait prétendument péri dans un accident délibéré en se jetant sous les roues d’une voiture le même jour que la mère de Qusay, "Naseem", tuée avec son mari, dont le rôle est joué par l'acteur Assaad Rashdan.

Après qu’il ait été défendu par un avocat qui, de par son incompétence, l’a envoyé derrière les barreaux, Valérie reprend la tâche de défendre Qusai, après que ce dernier ait purgé une peine de cinq ans de prison, pour finalement se lancer ensemble dans la recherche de la vérité. Les deux personnages étant persuadés que les vrais assassins courent toujours, ils finissent par se convaincre que les trois assassinats ont certainement été commis par une sorte de mafia spécialisée dans la revente d'organes humains.

Tout le monde excellait en jouant son rôle dans cette série syro-libanaise, en particulier les acteurs Randa Kaadi, Tony Issa, Carlos Azar, Carole El Hajj et Abdou Shaheen, et chacun d'eux a utilisé ses capacités et son expérience pour incarner le rôle qui donne à l'histoire tout son intérêt.

Ici, il faut rendre hommage au directeur de série Philip Asmar, qui a fait un pas qualitatif énorme dans sa carrière en dirigeant cette œuvre, à travers l'image, le cadre et le rythme rapide qui nous évite de nous ennuyer, laissant le public à la fin de chaque épisode assoiffé de suivre ce qui va se passer par la suite ! Nous avons même remarqué qu'il pourrait y avoir une deuxième saison à cette série, compte tenu de l'évolution des événements et de leurs répercussions.

Notant que la saison 1 de la série a été écrite et scénarisée par Bilal Shehadat et Nadine Jaber, et qu'elle se compose de 15 épisodes.

Qusay
Qusay
Auteur :
Mis en ligne : Vendredi 23 Avril 2021

 
Dans la même thématique
 
Articles connexes