Le désastre humanitaire au Yémen n'intéresse personne

Enfant souffrant de la famine
Enfant souffrant de la famine

La guerre entre Houtis, des rebelles yéménites chiites, et une coalition de pays arabes menée par l'Arabie saoudite, s'enfonce dans le chaos, avec plus de 112 000 tués depuis 2015 et des millions de malnutris. Comment en est-on arrivé là ? Se soucier des souffrances passées est une chose, mais il ne faut pas passer à côté des souffrances actuelles que subissent les peuples. Il est navrant de constater que les défenseurs des souffrances humaines passées, ne s’intéressent pas à la défense de ceux qui souffrent aujourd’hui. Là encore, chacun voit midi à sa porte.

L’administration Trump a pris la décision de la 11e heure de désigner les rebelles houthis du Yémen comme organisation terroriste étrangère dans le cadre d'une démarche qui risque d’aggraver davantage la crise humanitaire du pays déchiré par la guerre. Le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a annoncé la décision dimanche soir, malgré l'opposition bipartite et des mois d'avertissements de la part de responsables de l'ONU et d'organisations humanitaires que la désignation (faisant partie de la campagne de 'pression maximale' de la Maison Blanche sur l'Iran et ses alliés) conduirait à des pénuries et des retards pour l'aide et les envois commerciaux et sapent le processus de paix.

Les organisations de secours ont accueilli la nouvelle avec consternation lundi. David Miliband, le directeur général de l'International Rescue Committee, l'a qualifié de 'pur vandalisme diplomatique'. Un désastre humanitaire se déroule en ce moment sous nos yeux.

Mais tout le monde s’en fout : tout ce qui compte en ce moment, ce sont les guerres que mènent les lobbyistes. Des gens meurent de faim, bientôt 30 millions de personnes seront sans ressources, mais tous sont sourds et aveugles à la souffrance des Yéménites parce qu’ils ne font pas partie des peuples qui sont sympathiques.

'La dernière chose dont le peuple yéménite a besoin, c'est une nouvelle interruption de l'aide et des flux économiques', a déclaré l'ancien ministre britannique des Affaires étrangères.

'Le contraire est nécessaire – une pression efficace sur toutes les parties au conflit pour qu'elles cessent d'utiliser des civils comme otages dans leurs jeux de guerre.'

Le directeur du Conseil norvégien pour les réfugiés au Yémen, Mohamed Abdi, a déclaré que cette décision 'entraverait la capacité des agences d’aide à répondre' à la situation déjà désastreuse.

Famine au Yemen'L’économie chancelante du Yémen recevra un autre coup dévastateur', a-t-il déclaré. 'Faire entrer de la nourriture et des médicaments au Yémen - un pays dépendant à 80% des importations - deviendra encore plus difficile.'

Les Houthis, officiellement connus sous le nom d’Ansar Allah, ont pris d'assaut la capitale du Yémen, Sana’a, en 2014, poussant le président Abd Rabbu Mansour Hadi à fuir. Les rebelles reçoivent le soutien de l'Iran, tandis qu'une coalition de nations arabes dirigée par l'Arabie saoudite et les Emirats et luttant pour restaurer le gouvernement internationalement reconnu est aidée par la vente d'armes, l'entretien et la formation occidentaux.

La coalition dispose d'une puissance aérienne largement supérieure et a été accusée de mener des frappes aériennes aveugles et disproportionnées, et les deux parties ont été accusées de viser des civils. Les Houthis ont siphonné l'aide, emprisonnent et torturent régulièrement les dissidents, harcèlent et détiennent les travailleurs humanitaires.

Le conflit a conduit à ce que l’ONU considère comme la pire crise humanitaire au monde, tuant plus de 112 000 personnes et laissant la plupart des 30 millions d’habitants dépendants de l’aide pour survivre.

La malnutrition et les flambées de maladies telles que le choléra sont monnaie courante. L’arrivée de Covid-19 et les réductions de l’aide occidentale en 2020 ont conduit ce qui reste du système de santé au Yémen au bord de l’effondrement.

Dans un communiqué publié lundi sur les réseaux sociaux, le chef rebelle Mohammed al-Houthi a déclaré que le groupe se réservait le droit de répondre à la décision américaine, affirmant que le 'terrorisme américain' était à blâmer pour 'avoir tué et affamé les enfants du Yémen'.

Environ 70% des Yéménites vivent dans des zones contrôlées par les Houthis, ce qui les rend particulièrement vulnérables aux nouvelles règles américaines.

Abdulghani al-Iryani, analyste du groupe de réflexion indépendant du Centre Sana’a, a déclaré que la liste du terrorisme pourrait avoir l’effet opposé à celui prévu, renforçant au contraire la position des Houthis.

'Les Houthis n’ont pas vraiment d’avoirs à geler en dehors du Yémen. Au lieu de cela, cette mesure affaiblira davantage le peuple yéménite qui vit sous le contrôle des Houthis et permettra aux Houthis de resserrer leur emprise et de recruter plus d'enfants sur le champ de bataille', a-t-il déclaré. 'Le coût supplémentaire [associé à la fourniture de l'aide] est également plus susceptible d'aller dans les poches des intermédiaires affiliés aux Houthis.'

Pompeo a déclaré dans un communiqué que les États-Unis 'reconnaissent les craintes que ces désignations aient un impact sur la situation humanitaire au Yémen'. Des mesures telles que la délivrance de licences spéciales par le Trésor américain permettraient à l'aide américaine de continuer à circuler et aux organisations humanitaires de continuer à y travailler, a-t-il déclaré. Les Houthis pourraient théoriquement être à nouveau non listés par Joe Biden, qui prend ses fonctions de président américain le 20 janvier, mais les observateurs craignent que des dommages durables aient été infligés avant que la nouvelle administration ne puisse s'attaquer au problème.

Biden a promis aux électeurs qu'il mettrait fin au soutien de longue date des États-Unis au rôle de l'Arabie saoudite dans la guerre au Yémen.

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 17 Janvier 2021

 
Dans la même thématique