Buts refusés pour l'équipe d'Algérie: un énorme scandale à la CAN 2021

Mahrez effondré
Mahrez effondré

Un énorme scandale concernant la "Coupe d'Afrique des Nations" de football (CAN) 2021 vient d'être révélé. Une nouvelle choquante qui a peut être scellé le destin de l'équipe d'Algérie dans cette compétition qui se déroule actuellement, en 2022, reportée à cause de la pandémie de Covid-19.

L'arbitrage lors de la rencontre Algérie - Guinée équatoriale qui a eu lieu dimanche 16 janvier 2022 est âprement critiqué. Deux buts ont été refusés aux joueurs de l'équipe nationale d'Algérie par les arbitres lors de cette rencontre, les buteurs Youcef Belaili puis Bagdad Bounedjah ayant été jugés "hors-jeu". L'assistance vidéo à l'arbitrage ("VAR" en anglais) n'a pas été utilisée pour apporter une aide à la décision. Le scandale vient du fait qu'après vérification, les buts étaient valables, l'arbitre a injustement invalidé les deux buts et le score de l'équipe d'Algérie aurait été tout autre avec ces deux buts validés.

Concernant le résultat de ce match, la confédération africaine de football (CAF), instance qui organise et supervise la tenue de la compétition, a été saisie pour que soit révisée la décision de l'arbitre puisque les deux buts algériens étaient valides. Mais il y a fort à craindre que les responsables de la "CAF" estimeront que les buts n'étaient pas valables.

C'est un envoyé spécial du média algérien Ennahar TV qui a divulgué ce scandale le lundi 17/01/2022 au soir, et cela a fait l’effet d’une bombe auprès du public algérien, qui n'a pas manqué de commenter l'injustice sur les réseaux sociaux.

L'arbitrage critiqué dans d'autres match

On apprend que l'arbitrage a également fait l'objet de critiques pour le match Tunisie - Mali qui a eu lieu Mercredi 12 janvier 2022. Les fautes d'arbitrage grossières ont choqué jusqu'aux médias français comme "L'équipe" ou encore "BFM TV". Ce dernier juge que l'arbitrage était "lunaire": "Le monde du football n'est pas près d'oublier ce Tunisie - Mali. Pas la performance sportive des deux sélections, ou la victoire des Maliens (1-0), mais plutôt la prestation de l'arbitre Janny Sikazwe (Zambien).".

Il lui a été reproché d'avoir sifflé la fin de rencontre avant la fin du temps réglementaire et d'avoir omis de faire jouer un temps additionnel, comme c'est toujours l'usage. Les Tunisiens espéraient bien pouvoir égaliser dans ce laps de temps et la délégation tunisienne a donc saisi la "CAF" afin de réviser l'issue de la rencontre. Mais l'instance africaine a jugé que l'arbitre avait juste commis une "erreur", parce qu'il était fatigué et qu'il faisait très chaud sur le terrain, mais que cela n'appelait pas à réviser le résultat de la rencontre sportive.

Match Algérie - Guinée
Match Algérie - Guinée

Tout comme les Algériens, un grand nombre de joueurs de Tunisie et de supporters se sont sentis floués par cet arbitrage qui pourrait entrainer la disqualification de l'équipe de Tunisie de la compétition.

Une hostilité envers les pays du Maghreb

Entre les "erreurs" des arbitres qui pénalisent étrangement les équipes du Maghreb, un Roger Milla (Camerounais) qui insulte les pays du Maghreb en déclarant: "Ce sont eux qui mettent toujours le bordel [dans l'organisation]", les terrains de football qui ressemblent à des champs de patates (le stade Japoma à Douala, entre autres ressemble plus à un terrain accidenté qu’à une pelouse pour jouer au foot) ce qui porte préjudice aux attaquants et buteurs, le climat très chaud et très humide alors qu'au Maghreb il fait 20°C de moins (33°C à Douala, 13°C à Alger), l'horrible accueil des journalistes sportifs maghrébins qui ont reçu sur place des pluies d'insultes sans raison et une hostilité générale à l'encontre des équipes du Maghreb, en particulier envers l'équipe d'Algérie; cette "CAN" 2021 représente bien trop de challenges, c'est le moins que l’on puisse dire.

De plus, de nombreux médias occidentaux se sont délectés de relayer les misères qu'ont vécu les équipes de Tunisie et surtout d'Algérie, alimentant toujours un peu plus cette hostilité générale. Ils n’ont pas lésiné sur les expressions exagérées et péjoratives quand il s’agissait de matchs où l’Algérie n'a pas obtenu de succès, évoquant le match nul face à la Sierra Leone, ils ont parlé de "Sierra Leone qui a douché l’équipe d’Algérie", de "l’Algérie qui touche le fond". Ces mêmes médias occidentaux s’expriment différemment lorsqu'il s'agit de la rencontre Malawi - Sénégal, un match qui s’était soldé par un 0/0: "le Sénégal décevant, mais qualifié", "le Sénégal peine à convaincre", "Malgré un deuxième match nul, les Lions de la Teranga s’en sortent"... On est loin des termes péjoratifs utilisés pour l’Algérie.

N'excluons pas non plus la possibilité qu'il y ait de la corruption dans le milieu footballistique; cela arrive fréquemment et concerne aussi bien des dirigeants de club, des entraîneurs, des arbitres que des joueurs. C'est malheureux, mais la corruption existe. Une réalité qui fera dire d'ailleurs à un dirigeant de club: "Les instances ne sont pas assez vigilantes, peu d'enquêtes sont ouvertes alors qu'il y a de nombreux cas douteux".

Certes l’Algérie a récemment remporté la Coupe Arabe et c’est le plus important pour réconforter les supporters de l’équipe d’Algérie. Toutefois, si les tricheries et les "erreurs" se multiplient dans le sport africain, les pays du Maghreb qui aiment le fair-play devraient peut-être finalement se contenter de la Coupe Arabe, et ne plus participer à la CAN à l'avenir, d'autant qu'ils semblent ne plus être les bienvenus en Afrique sub-saharienne.

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 19 Janvier 2022
 
Dans la même thématique