Le recours à la main d'oeuvre étrangère en Israël, toujours important

Travailleurs etrangers en Israel
Travailleurs etrangers en Israel

Israël, qui s’enorgueillit du plein-emploi et d’un taux de croissance annuel de 3,5%, a officiellement recruté 250 000 travailleurs étrangers, notamment ukrainiens, chinois, philippins ou palestiniens, pour la période 2016-2017, en recourant à des contrats spéciaux. On trouve notamment de nombreux Chinois dans la construction ou des Philippins dans l’aide à domicile.

Certains de ces travailleurs contractualisés font souche sans, globalement, remettre en question la priorité du ministre de l’intérieur Arié Déri, membre du parti Shass (séfarade orthodoxe) : qui voudrait être l’affirmation du caractère juif de l’État.

Souvent associés au travail domestique (ménage domestique ou de bureau), ces étrangers se trouvent pourtant également dans les secteurs de l’agriculture et du bâtiment. Au début des années 2000, on estimait ainsi le nombre de ces travailleurs à 240 000 (Willen, 2003). À ce titre, et sans même tenir compte des implications sociales de ces chiffres, ils constituaient alors 'une facette saillante de la société israélienne' (Kemp et al., 2000 : 100). Aujourd’hui, cependant, après plusieurs années d’une politique d’expulsion drastique des travailleurs sans-papiers, la communauté des travailleurs immigrés est à la fois moins importante aux yeux de l’Etat israélien et moins organisée.

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 16 Mai 2021
 
Dans la même thématique