L'Arabie saoudite propage la haine envers les musulmans : le plus grand de tous les scandales !

Caricature Saoudiens

Si vous êtes musulman, vous vous intéressez probablement à toutes les actualités dans les pays arabes et en Europe.

Vous aurez probablement entendu une affreuse musique, toujours la même, sur la discorde entre Arabes, la discorde entre musulmans, l’effondrement de tel ou tel pays arabe, les actes d’extrémisme ou de terrorisme parfois meurtriers qui s’opèrent dans le monde entier et qui engendrent suspicions, discriminations et haines envers les musulmans.

Et vous vous êtes alors dit probablement comme nous : Le ciel nous tombe sur la tête, le monde entier nous veut du mal et qu’a-t-on fait pour mériter ce sort, toute cette haine envers nous ?

Une situation qui ne fait que s’aggraver avec le temps, renforcée par une pression médiatique occidentale jetant volontiers de l’huile sur le feu et des populations qui ne cachent plus leur haine envers les Arabes en Occident, ou vis-à-vis du musulman dans le monde entier !

Les plus faibles d’esprit cèdent à la colère et certains d’entre eux basculent dans ce que nous détestons le plus, qui fait toujours plus de tort, mais même les plus forts ont mal au cœur, souffrent, de voir cette situation s’enfoncer sans cesse.

Il est temps de comprendre, d’analyser d’où viennent les problèmes.

Pourquoi les musulmans ont rayonné durant des siècles, ont été en cohabitation pacifique avec les autres pendant des siècles et aujourd’hui n’en seraient plus capable ?

Un mal interne ronge-t-il la communauté mondiale des musulmans ? Et si c'était les musulmans contre les musulmans ?

Malheureusement oui, et ce qui fait encore plus de mal c’est de découvrir que cela provient très probablement de la famille royale d’Arabie Saoudite et de son voisin les Emirats Arabes Unis par le biais des personnes de MBS, MBZ et Bandar. La famille royale Al-Saoud formée de descendants du Prophète, les gardiens des Deux Mosquées et des Lieux Saints !?

Entre enrichissement personnel, quête d’un pouvoir personnel absolu, ambition personnelle et obstination aveugle à vouloir combattre par tous les moyens l’Iran, le grand ennemi, ces trois personnages accumulent les manigances, les ingérences et les traitrises et seuls les musulmans ne semblent pas connaître la vérité.

La grande stratégie : la version courte

Depuis des décennies, les Saoudiens alliés récemment avec les Emiratis ont participé à la déstabilisation de pays arabes : Iraq, Syrie, Egypte, Lybie, Tunisie, Yémen, Liban afin d’augmenter leur influence stratégique.

Ils auraient aussi utilisé la cause palestinienne à diverses reprises pour se rapprocher d’Israël avec pour objectif, probablement, de reconnaitre l’Etat d’Israël pour en faire un allié et lutter sans merci contre l’Iran afin de supprimer définitivement la menace perse et chiite partout où elle se présente.

Il y a fort à parier que d’ici quelques années, l’Arabie va trahir son allié hébreu une fois l’objectif suprême atteint et apparaître comme le leader incontesté du monde arabo-musulman, du moins ce qu’il en restera. Là : Bandar lancera "Adieu frère d'un moment !".

Grâce à de nombreux ouvrages arabes et occidentaux, des documents déclassifiés de la CIA, des fuites de Wikileaks, toutes les pièces s’emboitent et rendent cette vision malheureusement très crédible.

Guerre au yemen

Le basses manœuvres du trio envers des personnes

-    L’enrichissement personnel de Bandar (1.5 milliard d’euro) en pots de vin pour faciliter des ventes d’armes entre Anglais et Saoudiens : Voir l’affaire British Aerospace Engineering (BAE) qui aurait dû être un scandale international de corruption mais que Tony BLAIR a fait étouffer au nom de la raison d’Etat.

-    Le meurtre affreux de Jamal Khashoggi en Turquie ! Les officiels saoudiens ont d'abord nié l'assassinat, puis allégué d'un meurtre non prémédité après une rixe, et finalement reconnu le meurtre (qui s’est avéré après enquête être un meurtre particulièrement affreux : il n’a pas eu droit à une sépulture et cela est très grave pour un musulman).

-    L’enlèvement de Saad Hariri, qui a conduit à sa démission lorsqu’il a été libéré et a été autorisé à retourner dans son pays

-    Les nombreuses disparitions d’opposants ou de personnages de la famille royale pouvant gêner les manœuvres de nos trois personnages : Prince héritier Ben Nayef, les enfants de Al Jabri, la princesse Bassma Ben Saoud (enlevée à l’aéroport puis emprisonnée).

Le trio en action envers des pays

La carrière d’agent de CIA et d’opérateur de "guerres sales" de Bandar Bin Sultan, le plus âgé de notre trio, commence dans les années 80 par une opération pour les Américains nommée l’affaire du Nicaragua Contra : une opération qui visait à déstabiliser le régime révolutionnaire du Nicaragua.

Le congrès américain soupçonne Bandar Bin Sultan et son équipe d’avoir été informés des attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. Nous apprendrons peut-être un jour à quel point cet attentat cache un complot d’envergure impliquant de très nombreux acteurs, à ce jour non démasqués.

Bandar est connu par les services secrets américains pour avoir développé durant de longues années un réseau de milices clandestines afin de mener des actions terroristes. Il est également connu pour avoir financé des opérations de Al-Qaida en Arabie Saoudite, Irak, Syrie, Afghanistan et probablement ailleurs dans le monde afin de divertir l’attention des autres dirigeants ou augmenter l’influence de l’Arabie Saoudite dans ces territoires.

En 2003, les Saoudiens avec Bandar avaient connaissance des plans d’invasion de l’Iraq. Les Américains avaient en ce temps tellement l’habitude de traiter avec Bandar qu’ils le considéraient comme un membre à part entière de leur conseil de sécurité américain ! Les Saoudiens ont aidé les Américains dans leur conquête de l’Iraq, afin d’avoir eux-mêmes par la suite un contrôle de ce territoire, place stratégique dans leur lutte contre l’Iran.

Bandar a versé des milliards de dollars pour soutenir les gouvernements de droite en Tunisie et au Maroc, en veillant à ce que les mouvements de masse pro-démocratie soient réprimés, marginalisés et démobilisés… Les extrémistes recevant un soutien financier saoudien sont encouragés à soutenir les éléments 'modérés' du gouvernement en assassinant dirigeants démocratiques laïcs et dirigeants syndicaux socialistes dans l'opposition.

Bandar a également financé des personnes et des mouvements en Lybie afin de faire assassiner Mouammar Kadhafi en 2011, en parfait alignement des opérations de bombardements menées par l’OTAN. Toutefois des divergences sont apparues par la suite : L’OTAN désirait soutenir des néo-libéraux alors que les Saoudiens voulaient soutenir des membres de Al-Qaida, des leaders tribaux et des milices terroristes. On comprend mieux l’affrontement et l’enlisement désormais dans ce pays au vu de ces soutiens externes.

Bandar a utilisé une partie de ses 'miliciens' de Lybie pour fomenter une insurrection en Syrie contre le régime de Bashar el-Assad. Le but étant de supprimer l’influence de l’Iran dans ce pays, or el-Assad est très proche de l’Iran.

Bandar a financé depuis au moins 2006, mais plus probablement dès 2003 après l’invasion américaine, des groupes Al-Qaida en Iraq. Il a fait grossir les troupes en envoyant des miliciens libyens en 2011 afin d’entraîner une déstabilisation profonde de la Syrie. Cela fait de lui un mécène ayant permis l’avènement de Daesh qui a créé les frontières de son "califat" en 2014 entre la Syrie et l’Iraq. Le but de Bandar était hautement stratégique : affaiblir le lien entre l’Iran et la Syrie, "génocider" toutes les personnes non sunnites sur le territoire et s’assurer une zone militaire tampon face aux Iraniens. La Turquie s’est montrée intéressée pour profiter de Daesh pour en découdre avec les Kurdes. La Turquie a également impliqué la Russie elle-même intéressée de jouer un rôle afin de regagner de l’influence dans la région.

Vous n’êtes pas sans savoir que le Wahhabisme est une pratique de l’Islam sunnite puriste, qui, avec la monarchie saoudienne, est souvent opposée à son "rival", le mouvement transnational des Frères Musulmans, prônant également une pratique de l’Islam sunnite puriste mais préférant un système politique républicain ou démocratique.

Lors des printemps arabes, la poussée des Frères Musulmans a terrorisé les monarchies du Golfe.

On apprend donc que les Saoudiens ont investi des milliards et mobilisé de nombreux acteurs pour faire ingérence en Egypte, et ont fini, en 2013, par réussir à jeter en prison Mohammed Morsi.

On apprend que par les mêmes procédés d’ingérence, ils ont fait plier le mouvement Ennahdha en Tunisie.

Ils ont ainsi traqué toute présence de la confrérie au Yémen, au Liban, au Bahreïn, en Syrie et en Lybie, tout cela dans le but d’éloigner ce mouvement populaire dangereux pour la survie du système monarchique.

Le mouvement des Frères musulmans s’est alors replié au Qatar et en Turquie.

Le Qatar, comme vous le savez a subi de graves accusations de soutien du terrorisme, notamment le soutien à Daesh, et ces fausses accusations provenaient des Saoudiens, un comble venant d’eux.

Puis le Qatar a subi en 2017 un embargo terrible privant les Qataris, pourtant le pays le plus riche du golfe, de tout produit alimentaire et médical pendant des semaines.

Des documents secrets dévoilés ont montré que les Saoudiens prévoyaient même de faire une invasion militaire du Qatar !

Les Turcs ont envoyé des troupes militaires pour protéger le Qatar et les tensions se sont alors déplacées.

La Turquie est désormais le refuge des Frères Musulmans et bien évidemment depuis 2017 vous remarquerez des tensions très fortes entre les pays du Golfe et la Turquie : Meurtre de Jamal Khashoggi, jugement par contumace de Saoudiens en Turquie, menaces de sanctions des deux parties .etc.

Il y eut des rapprochements entre la Turquie et de l’Iran, même si ils restent des pays rivaux aux relations très froides, ce qui a encore plus exacerbé les tensions avec les monarchies du Golfe.

Il est très probable qu’aucun pays dans le monde, un tant soit peu influent, n’ait en fait vécu une ou plusieurs intrusions des monarchies du Golfe dans leur vie politique interne.

C’est sûr, il faut savoir lire entre les lignes, les médias sont corrompus, les hommes de pouvoir aussi, la vérité est rarement clairement exposée, mais avec cette grille de lecture vous verrez que même un article partisan, promoteur naïf de l’action de ces trois hommes, vous apparaîtra avec bien plus de clarté.
Courage et ayez la foi chers Musulmans et rappelez-vous qu’à la fin, seul Dieu jugera car telle est sa prérogative.

Sources :

Saad Hariri : l’envers du décor

La stratégie de Bandar et son soutien aux actions terroristes

Correspondances entre MBZ et la CIA

Portrait de Bandar Bin Sultan

Saoudiens contre les Printemps arabes

Le plan improbable saoudien : devenir ami d’Israel

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 21 Octobre 2020

Autour de ce sujet