Le Sultanat d'Oman clarifie ses positions sur Israël et l'Iran

Sultan d'Oman 2021
Sultan d'Oman 2021

Les rumeurs et autres fausses nouvelles prenaient de l’ampleur concernant Oman à propos de son désir de normaliser ses relations avec l’Etat hébreu. Après les Emirats Arabes Unis et Bahreïn, de nombreux médias ont parié sur le fait que le Sultanat deviendrait le 3ème pays du golfe à normaliser ses relations avec l’Etat colonisateur.

Monsieur Badr bin Hamad bin Hamoud Al Busaidi, ministre des Affaires étrangères du Sultanat d’Oman, a clarifié la position de son pays lors d’une visite officielle en Arabie Saoudite : "Nous ne serons pas le troisième pays du Golfe, comme je l’ai mentionné, mais nous souhaitons que soient respectés les droits légitimes du peuple palestinien et nous respectons les décisions souveraines des pays, tout comme nous attendons des autres qu’ils respectent nos décisions souveraines.". Bien que souvent Oman soit considéré comme un pays neutre, la clarification du ministre omanais montre que la ligne politique penche pour une défense de la cause palestinienne et maintient, tant que la question sera non résolue, une détermination à ne pas considérer Israël comme un pays souverain. Monsieur Al Busaidi a ajouté à sa déclaration que le Sultanat d’Oman continue de croire en l’objectif d’obtenir une paix juste, globale et durable basée sur la solution à deux États. Pour le ministre Busaidi, il s’agit de la seule option viable qui apporterait une légitimité internationale.

L’Arabie saoudite et le Sultanat d’Oman se coordonnent de manière intensive

Dans un autre registre, le ministre omanais a souligné que "le Royaume et le Sultanat d'Oman se coordonnent de manière intensive sur de nombreuses questions régionales ; au premier plan se trouve la question yéménite.". Il affirme que son pays soutient l'initiative de cessez-le-feu du Royaume d'Arabie saoudite au Yémen ainsi que l'accord de Riyad, et que le Sultanat croit aux efforts déployé par les envoyés internationaux et américains au Yémen. Al-Busaidi a par ailleurs réfuté toute ingérence dans le conflit de la part de son pays pour résoudre la crise yéménite directement mais a affirmé que son pays déployait des efforts pour "réconcilier toutes les parties". Une délégation omanaise s’est rendue à Sanaa le mois dernier dans cet objectif.

Le sommet du roi Salmane et du sultan Haitham

Al-Busaidi a révélé que la rencontre attendue entre le roi Salman bin Abdulaziz et le sultan Haitham bin Tariq, sultan d'Oman, qui se tiendra demain dans la ville de Neom, au nord-ouest de l'Arabie saoudite, aura pour objectif la création d’un conseil composé de hauts représentants des deux pays. Ce conseil aura pour objectif de proposer des accords de coopération entre le sultanat d’Oman et l’Arabie Saoudite dans de nombreux domaines. Le ministre explique ainsi que des projets logistiques tel qu’un premier passage terrestre entre les deux pays sera étudié. C’est un véritable rapprochement qui s’opère entre les deux pays voisins.

Changement de comportement iranien

Des rumeurs allaient également bon train concernant le rapprochement entre Oman et l’Iran. Mais le ministre a démenti l'initiative de son pays d'organiser un dialogue régional avec Téhéran. Il a déclaré: "Nous ne menons aucun effort de ce type, tout dialogue régional doit émaner des pays de la région eux-mêmes". Suite à l’élection de Ebrahim Raïssi en Iran, de nombreux commentateurs et spécialistes des relations politiques de la région prédisaient un changement radical dans le dialogue entre les pays arabes et l’Iran. Mais Oman ne prendra pas d’initiative personnelle, c’est en substance le message que nous transmet Al-Busaidi.

Oman Arabie
Oman Arabie
Auteur :
Mis en ligne : Vendredi 16 Juillet 2021

 
Dans la même thématique
 
Articles connexes