Droits de la femme tunisienne

Femmes tunisiennes

La femme tunisienne, privilégiée du monde arabe !

Bien que l'Islam soit religion d'Etat en Tunisie, les femmes tunisiennes bénéficient d'un statut personnel "libéral". En effet, les Tunisiennes sont protégées par la loi contre la répudiation, la discrimination sexiste, et ont le droit de demander le divorce ou d'hériter au même titre que les hommes. Du moins, en droit, car dans les faits, elles estiment que ce n'est pas toujours le cas.

Par rapport à leurs consoeurs du monde arabe, les femmes tunisiennes sont des privilégiées. C'est sous la présidence de Habib Bourguiba (1957-1987), que les femmes ont acquis des droits sans équivalent dans le monde arabo-musulman.
Il faut savoir que la Constitution tunisienne interdit la polygamie et que le droit à l'avortement a été accordé aux femmes tunisiennes en 1965, après moult combats...

Aparté : ne pas banaliser l'IVG

Tout en affirmant que le droit d'avorter est une liberté pour une femme, nous ne cautionnons en aucun cas les abus. L'avortement pouvant entraîner de graves conséquences pour la santé, d'autant plus s'il est utilisé comme un moyen de contraception au lieu de l'être qu'en cas de contraintes sévères, de mise en danger de la mère, on ne peut prendre l'avortement à la légère. En outre, Le fœtus est un être vivant (très tôt dans le processus on peut voir le cœur battre), il serait absurde de croire que tuer un bébé dans le ventre n'entraine pas de conséquences sur la psychologie de la femme.

Auteur :
Mis en ligne : Vendredi 31 Décembre 2004