D'où vient le mot Palestine ?

Juif et Palestinien
Yahya el Sinwar

D’où vient le mot Palestine ?

On retrouve des écrits du mot Palestine dans l'Antiquité dans différentes langues. L'usage géographique du terme désignait des territoires dont les frontières ne sont pas bien délimitées. La Palestine peut désigner le territoire situé uniquement à l'ouest du Jourdain. Le terme est aussi utilisé comme équivalent à la terre d'Israël. D'autres noms pouvaient être utilisés dans l'Antiquité. Historiquement, elle correspond à Canaan (كنعان), à la Terre d'Israël et fait partie de la région de Syrie. Palestiniens, Jordaniens et Judéens étaient tous appelés Syriens.

Il résulte des différentes recherches menées pour découvrir le sens du nom Palestine, qu’il est un dérivé à travers les siècles, du mot hébreu Pelishtîm, que nous transcrivons Philistins. Il fait directement référence aux Philistins, mais sous la forme assyrienne Palastu. Dans la Bible la région de Palestine est désignée sous le nom de Peleshet (פלשת), terme qu'il faudrait traduire littéralement par Philistia.

La Palestine est centrée sur les régions de la Galilée, de la Samarie et de la Judée, des endroits historiquement renommés. Ses limites sont la Phénicie et le mont Liban au nord et la Philistie et l'Idumée au sud. Les Philistins, nom d'envahisseurs venus d'au-delà des mers, sont désignés par les Israélites sous le nom de Pelishtîm, et sont bien connus de leurs voisins égyptiens sous la forme Purusati et Assyriens, sous la forme Palastu.

Aussi loin que nous puissions remonter dans l’histoire écrite de la Palestine, la terre appelée Pelishtim appartenait à l’Egypte. Les habitants, appelés Philistins, des Bédouins, pour la plupart, payaient l’impôt aux pharaons égyptiens. Des fouilles archéologiques réalisées dans la "Cité de David" ont dévoilé des bijoux d’un style égyptien, millénaire, comme une boucle d’oreille datant de plus de 2000 ans. L’anneau a été mis au jour en octobre 2017 lors de fouilles réalisées par des archéologues israéliens. Ils ont également mis au jour des vases et des jarres de style phénico-égyptien dans l’ancien Israël : ce qui prouve indubitablement une proximité culturelle entre les Philistins et les Egyptiens. En outre, les pharaons égyptiens gravaient sur des pierres les récits de leurs victoires sur les Bédouins qui habitaient les différents territoires d’Egypte : Jérusalem en faisait partie. Les habitants de l’ancien Israël étaient parfois désignés par le nom de Hiérosolymitains, du nom de Jérusalem. On sait que cette ville existait depuis au moins 2000 ans avant J.C.

Les royaumes juifs avant Jésus-Christ

Il y a d’abord eu un peuple hébreu difficilement différenciable des Philistins. Donc finalement seule la religion les distingue. D’ailleurs des tests ADN ont prouvé que seuls 30% de l’ADN des Philistins était d’origine européenne. Le reste est identique aux autres habitants du Jourdain, qu’ils soient juifs ou non.  Dès le Xème siècle avant Jésus-Christ, un royaume judéen a émergé. Il serait faux d’affirmer, par conséquent, que les Juifs n’habitaient pas en Palestine. A cette époque, ils pouvaient être appelés Judéens ou Israéliens (du nom du royaume d’Israël). Les royaumes d’Israël et de Judée ont réellement existé. Mais ce qui n’était pas prévu c’est que la Palestine, devenue un territoire arabe jordanien deviendrait une terre juive sans partage, des milliers d’années plus tard. Les Israéliens ont récupéré leur territoire historique parce qu’ils ont vécu un génocide. Et aujourd’hui, ils pratiquent un génocide envers les Palestiniens ? L’une des choses les plus terrifiantes c’est de se dire que parmi les Palestiniens d’aujourd’hui, devenus Arabes et musulmans, il y avait des Egyptiens pratiquant le judaïsme… Cela revient à se rendre compte que les Juifs israéliens sont en train de "génocider" les descendants de leurs ancêtres, en fait, des ancêtres qu'ils ont en commun.

Du point de vue religieux il n’y a pas de raison pour que le peuple juif retourne en Israël. D’un point de vue humain, ne pas offrir de perspectives d’avenir aux Palestiniens est une mauvaise action. On peut se poser la question si cela était judicieux d’offrir aux juifs un territoire dans lequel ils allaient se transformer eux-mêmes en bourreaux génocidaires. Illustration : Yahya El Sinwar, un chef qui est le deuxième plus puissant personnage au sein du Hamas. Il ressemble beaucoup à un juif israélien !

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 25 Octobre 2020