Découvrez : Hala Mesrati

Hala Mesrati
  • Nom : Misrati
  • Prénom(s) : Hala
  • Nom en arabe : هالة المصرات
  • Nationalité : Libyenne
  • Lieu de naissance : Libye
  • Lieu de résidence : Libye
  • Date de naissance ou Age : Le 21-03-1980 (41 ans)
  • Signe astrologique : Poissons
  • Profession : Animatrice télé
  • Taille (en cm) : 169
  •  

Etudes : Elle a obtenu un BA en droit de l'Université Al Fateh (Libye) en 2003.

Parcours : Elle a publié un recueil de nouvelles en 2007 intitulé La lune a un autre visage, avant d’être embauchée à la télévision en 2008, là, elle rencontre son futur mari avec lequel elle aura deux enfants.

Hala Mesrati

Anecdotes : Le 24 avril 2009, l’animatrice Hala Musrati interviewait Mustafa Zaidi dans son émission sur une chaîne de télévision quasi-indépendante.
M. Zaidi était le secrétaire général du parti de Kadhafi, Le Mouvement national populaire libyen.
Ce qu’ils ne savaient pas tous les deux, c’est que de hauts responsables regardaient l’émission avec une grande attention, certainement dans la crainte d’éventuelles révélations de M. Zaidi.
Et cela n’a pas manqué d’arriver ! La retransmission télévisuelle fut brusquement interrompue et remplacée par une émission de la chaîne publique al-Jamahiriya.
De plus, des agents de la sécurité de l'État sont entrés dans le studio et ont interrogé Mme Musrati et son invité M. Zaidi.
Visiblement les opinions ou les propos tenus par M. Zaidi ne plaisaient pas à d'autres membres de son parti.

Cinq jours plus tard, Mme Mesrati a été interviewée par un journal national libyen lui demandant d'apporter des explications sur cet évènement car à ce moment-là, la population et ses téléspectateurs ne savaient pas ce qu’il s’était passé.
Elle a minimisé l'interruption de son programme, affirmant que les personnes qui l'avaient interrogée n'étaient pas des agents de sécurité et que leurs questions étaient anodines. Elle a regretté que des divergences d'opinion puissent exister au sein même du parti entre Mustafa Zaidi et les personnes assurant la sécurité de l’Etat.
Elle a également formulé des critiques concernant les restrictions imposées aux journalistes en Libye.

En 2011, alors que des tensions s’accroissent entre rebelles et l’Etat avec à sa tête Mouammar Kadhafi, Hala Mesrati présente désormais les informations sur la chaîne de la télévision d'État libyenne.
Lors d’une émission mémorable, elle a brandi un pistolet et a juré : "Vous, les rebelles, ne prendrez ni le contrôle de cette chaîne, ni de Tripoli ou encore de la Libye ! Je protégerai mes collègues à la chaîne ! Nous sommes prêts à devenir des martyrs !".

Le 22 août 2011, les rebelles capturèrent Hala Mesrati alors qu'elle traversait Tripoli en voiture. Elle fut emmenée dans un immeuble de bureaux pour y être interrogée. C’est le début pour elle d’une longue captivité.

Le lendemain, ses ravisseurs ont publié une vidéo de Hala Mesrati. Elle y est apparue en train de se disputer avec ses ravisseurs, alors qu’ils pointaient leurs fusils automatiques sur elle. Elle est également apparue voilée alors qu'elle ne portait généralement pas de voile lorsqu'elle passait à la télévision.

Le 19 février 2012, ses ravisseurs ont publié une autre brève vidéo dans laquelle Mme Mesrati explique : "Je suis toujours en vie, et je suis toujours parmi les rebelles. Je n'ai pas été tuée, je n'ai pas été maltraitée.". Cette vidéo avait pour objectif de démentir les reportages des médias sur son prétendu assassinat.

En février 2012, Hala Mesrati a été libérée à Tripoli, où elle avait été emprisonnée pendant près de 6 mois.

Dans une interview à la radio de la résistance libyenne, elle a indiqué que ce n’était pas le Conseil national de transition qui dirigeait le pays comme l’affirmait les médias alors, mais que c’était en fait des milices armées. Selon elle, la résistance restée fidèle à l’esprit de feu Kadhafi se battrait toujours.
Enfin, elle a révélé que les forces gouvernementales de Kadhafi avaient 23 bataillons pendant la guerre, tandis que les rebelles en avaient plus de 100 ce qui expliquait la défaite du régime en 2011.

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 26 Août 2020