Immigration des Maghrébins en Occident

Immigration maghrébine en France
Immigration chinoise

Il semblerait que depuis quelques années, les pays européens ne fassent plus vraiment rêver les Arabes du Maghreb souhaitant tenter leur chance à l'étranger.
Si depuis près d'un siècle on pouvait constater des flux de personnes provenant du Maghreb désirant s'établir en Europe en progression constante, la tendance générale désormais est à la baisse.

En France par exemple, l'INSEE nous apprend que la part des migrants arabes parmi les primo-arrivants baisse depuis 2011.

Zoom sur l'immigration en France à ce jour

Chaque année, des dizaines de milliers d'immigrés posent le pied en France afin d'y trouver un refuge, temporaire ou permanent, ou bien souhaitent fonder leur famille et avoir de la réussite économique.

C'est aussi afin de répondre à une offre d'emploi d'une entreprise que des immigrés professionnels font l'effort du déracinement avec leur terre natale.

Ce flux annuel est composé de 33% d'Européens voulant venir s'installer en France, 30% d'Afrique noire, 20% du Maghreb et 17% d'Asie.

De ce fait, on comptabilise à ce jour près de 10% de population immigrée primo-arrivante au sein de la population française globale.
Une part qui a doublé depuis la fin de la deuxième guerre mondiale, car en 1946 les immigrés représentaient 5% de la population française.
Une progression linéaire puisqu'en 1975, cette part était de 7.5%.

Baisse des immigrés provenant du Maghreb en France

L'INSEE indique que depuis 2011, les flux migratoires provenant de Maghreb sont en baisse constante.
Sur les 20% d'immigrés provenant du Maghreb par rapport à l'ensemble des migrants arrivant en France, 9% sont Marocains, 7% sont Algériens, 4% sont Tunisiens et Libyens.
Il est à noter que l'immigration algérienne était la plus importante dans les années précédentes, mais qu'à présent les Marocains migrent en France en plus grand nombre.
Toutefois, l'ensemble est nettement en baisse d'année en année : La France ne séduit plus les Maghrébins comme ce fut le cas dans le passé. Mais pourquoi donc ?

Des destinations peu accueillantes, des sociétés survoltées

Quel que soit le pays européen, la crise économique a affaibli leur économie et leur capacité d'accueil. Bien accompagner des personnes venant de l'étranger est donc loin d'être une priorité.
Les immigrés sont souvent livrés à eux-mêmes sans aucune indication, les programmes d'insertion dans la société sont soit ridicules soit inexistants.
Une fois installé par ses propres moyens, le migrant doit découvrir la culture, la langue, les traditions et la mentalité de la société qu'il côtoie.
Et justement lorsqu'il découvre l'animosité qu'on lui réserve, en particulier si il est Arabe et musulman, il se sent rejeté et haï.

Prenons un cas récent d'un incident survenu en Suède, dans la ville de Malmö le 28 aout 2020.
Un groupe de manifestants antimusulmans avait mis publiquement le feu à plusieurs exemplaires du Coran, et ont filmé leur méfait. Une provocation haineuse à l'encontre des musulmans vivant dans ce pays menée par Rasmus Paludan, chef de file de la "Ligne Dure", un parti danois d'extrême droite.
Comment un immigré peut-il ressentir une telle agression ? Peut-être par un écœurement envers ces individus bien sûr et par extension pour ce pays nouveau pour lui qui ne semble pas le soutenir et laisse ces individus agir sans être inquiétés.

Youssef Chahed

On lui expliquera, peut-être, que dans les pays occidentaux, on a le droit de se moquer ou de critiquer tout et tout le monde.
Mais notre primo-arrivant s'apercevra bien vite que c'est surtout certains qui sont moqués ou critiqués, pris comme des boucs-émissaires, la cause de tous les maux, pendant que d'autres composantes de la population ne tolèrent pas la moindre critique.

Les exemples sont innombrables, partis extrêmes ou même modérés, presse à scandales ou subventionnée, personnalité en mal d'exposition médiatique ou de soutien populaire, tout un petit monde dégoutant s'empresse de déverser critiques abjectes, humiliantes et propos haineux sur les immigrés, en particulier s'ils sont Arabo-musulmans !

Pas étonnant donc qu'au fil du temps, l'immigration en provenance du Maghreb se mette à reculer.

Un ralentissement de l'immigration maghrébine voire un retour au pays ?

Plus les problèmes politiques et économiques s'aggravent dans les pays occidentaux, plus la pression est forte sur l'islam en particulier et les Arabes en général.
Si nous avons donc expliqué plus tôt que l'immigration en provenance du Maghreb baisse sensiblement et en continu depuis près de 10 ans déjà, de plus en plus de personnes arabes ou d'origine arabe, souvent parfaitement intégrés, décident de réinvestir leur destinée dans leur pays d'origine ou celui de leurs ainés.

C’est ainsi que le chef du gouvernement tunisien actuel, Youssef Chahed, l'un des principaux candidats à la présidentielle anticipée qui a eu lieu le 15 septembre 2019, avait renoncé à la nationalité française avant le dépôt de sa candidature, dans son pays d’origine, la Tunisie, comme le demande la constitution.
Ce renoncement, a-t-il dit, a été réalisé sans regrets, et on peut le comprendre.

Indila, La dernière danse

Auteur :
Mis en ligne : Samedi 19 Septembre 2020