A la découverte de M'sila

Bou Saada wilaya de M'sila

Un peu de géographie

Intéressons-nous à la ville de M’Sila, située sur les hauts plateaux de l’Hodna, une région connue pour son lac salé (Chott el Hodna) et son enceinte montagneuse.
Alors que les villes de Sétif et Constantine marquent la limite au nord, ce territoire forme une cuvette alluviale allongée aux pieds des Monts du Hodna, bordé par le désert du Sahara au sud.
M’Sila est une ville ainsi que le chef-lieu de la wilaya du même nom. Elle se situe à environ 250 km à l’est d’Alger.

Un riche passé, une existence de longue date

Des ruines attestent que le Hodna  fut exploité et habité par des civilisations avancées, deVallee de l'hodna M'sila tout temps. Ses attraits du passé sont toujours présents.
Les Egyptiens, du temps de l’Antiquité pharaonique, faisaient le déplacement pour le grand marché d’ovins (de moutons) de M’sila.
La ville était à cette époque plutôt un village et une sorte d’oasis ; un ensemble de points de verdure et quelques points d’eau.
Etonnant puisque qu’elle se trouve dans un emplacement à la fois montagneux et semi-désertique.

Et de nos jours d’ailleurs, l’agriculture associée à l’activité de l’élevage est toujours la source de revenus la plus importante des populations locales.

Capitale historique de la dynastie de rois amazigh appelés les Hammadite, Msila était déjà réputé pour son pastoralisme.
M'silaÀ l’époque des Hammadite, une route reliait d’ailleurs M’sila à Bejaïa (qui deviendra par la suite la ville siège des Hammadit). Les deux villes sont alors reliées par une route qui évite le plus possible une plaine devenue difficile à contrôler. Les incursions des nomades Zénètes du sud, et l'arrivée des Arabes hilaliens qui contrôlent les plaines font que l'arrière-pays échappe progressivement à leur autorité.

Cette région a également suscité l’intérêt des Romains, et on peut toujours trouver des traces de leur occupation ; ils avaient installé des citernes, afin de stocker la précieuse eau !

Aujourd’hui, les habitants de M’sila ont construit des barrages dans le même objectif dont celui de Ksor.

Lorsque les Français, en 1841, arrivèrent dans la wilaya de M’sila, la capitale possédait un marché très important et très fréquenté. M’sila ne comptait alors que 1500 habitants, vivant autant du commerce que de la culture maraichère. En 1884, la Commune Mixte fut créée, et fut par conséquent rattachée au département de Constantine, arrondissement de Sétif, en 1897.

Parmi les personnalités illustres algériennes provenant de la localité : il faut savoir que Mohamed Boudiaf est né le 23 juin 1919 à M'Sila. Il deviendra président de l’Algérie le 16 janvier 1992 jusqu’au 29 juin 1992. Le "Kennedy"des Algériens est mort assassiné à Annaba.

Les spécialités de M’sila

En plus de sa renommée concernant l’élevage d’ovins, M’sila est connue pour son plat, le Msila Pastoralzviti.
Un plat de pâtes fraîches accompagné d’une sauce à base de piments, de tomates et de beaucoup d’ail.

Par ailleurs, M’Sila pourrait très bien obtenir le titre de la capitale de l’herboristerie en Algérie tant elle est réputée pour ses herboristes, spécialisés dans les labiatiflores. Les herboristes locaux ont identifié et enregistré 58 espèces de plantes et 50 genres appartenant à 27 familles de plantes. Les parties aériennes des variétés de lamiacées et d’astéracées sont les plus utilisées. Des méthodes traditionnelles telles que l'infusion et la décoction sont les plus prisées.

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 3 Juin 2020

Autour de ce sujet