L'histoire de l'Algérie : d'où vient le nom Algérie

Ruines romaines et puniques de Tipaza
Mausolée dédié au prince numide Aitban

On peut entendre ici ou là des propos concernant l’histoire de l’Algérie, affirmant qu’avant l’arrivée des Français au début du 19ème siècle, le pays n’existait pas, qu’il s’agissait d’un territoire quelconque peuplé par des tribus quasi primitives sans réel raffinement ni histoire et que l’Algérie doit tout aux Français jusqu’à même son nom actuel !
C’est un discours que, par exemple, un Eric Zemmour va dérouler à qui veut l’entendre sans aucune véracité historique, alors que ce dernier se targue de toujours s’appuyer sur du factuel…
Entre :
- les personnes aigries de ne plus pouvoir vivre en Algérie alors qu’ils/elles estiment, parfois à juste titre, avoir contribué à la construction du pays algérien moderne ;
- les expatriés et personnes nées sur le territoire qui pensent pouvoir mieux s’intégrer au sein de sociétés occidentales en diffamant à tour de bras leur pays natal ;
- et bien évidemment les individus racistes ou encore jaloux du peuple algérien moderne ;
les détracteurs sont nombreux, et leurs fausses allégations également.

Dans une époque où la vérité s’efface face aux manipulations et aux tissus de mensonges, il est important pour nous de rappeler des faits historiques concernant l’Algérie et aussi de vous entrainer avec nous sur nos pistes de réflexions et suppositions.
Le pays Algérie tel que nous le connaissons actuellement, avec ses frontières, est un "legs" de la colonisation Française, personne ne remettra cela en question.
Mais pour autant, le territoire algérien est connu depuis fort longtemps. Et son nom n’a pas été inventé ex-nihilo par les Français.
Dans un premier temps, voyons donc dans les grandes lignes si l’on peut affirmer que ce territoire n’a pas d’histoire ;

Un territoire habité depuis l’Antiquité

Dans la ville d’Alger, il a été retrouvé, lors de fouilles archéologiques réalisées dans les années 1930-1940, des pièces de monnaie frappées au nom de la ville YKSM.
Cette monnaie était utilisée lors de son époque punique. Par la suite datée par des chercheurs en Europe, on en a déduit que la monnaie était utilisée sur le sol algérien au moins dès le 7ème siècle avant notre ère !

Epoque punique

Il faut remonter à environ 1200 ans avant J.-C. pour trouver des traces de civilisation en Algérie, mais il y a toutefois pu avoir des civilisations qui ont disparu : les Atlantes. L'historien grec Hérodote appelait l’Algérie d’autrefois le pays des Atlantes.
Le terme punique désigne, quant à lui, les dynasties de rois berbères dont les archéologues ont trouvé des vestiges.
Ainsi on sait que le roi berbère Massinissa ou encore Juba 1er ont régné sur un territoire allant de l'est de l'Algérie à Alger.
Les Egyptiens de l’antiquité ont laissé des écrits expliquant qu’ils connaissaient ce territoire, réputé pour son élevage d’ovins, et qu’ils faisaient le déplacement depuis l’Égypte pour venir y acheter des bêtes.

Epoque phénicienne

Le règne des rois berbères a toujours perduré avec un pouvoir toutefois affaibli lors de la reprise en main du territoire par les Phéniciens, qui ont consolidé les villes et ont dynamisé les échanges marchands en implantant des comptoirs commerciaux très importants. Nous retrouvons des vestiges de leur présence non seulement à Alger, mais aussi à Annaba (Hippone à l’époque), Bejaia, Jijel, entre autres.

Roi berbere algerien
1169 Alger

Epoque romaine

Vers -40 avant J.-C, la ville d’Alger était sous domination de l’Empire Romain. En découvrant cette ville que les populations locales nommaient IKOSIM (YKSM sur leur monnaie), les Romains décidèrent de la nommer ICOSIUM et des écrits peuvent l’attester. Les récits des Romains décrivent la ville d’Icosium comme la ville de la Maurétanie Césarienne se situant sur le territoire d'Alger, faisant de la région une nation romaine à part entière.

Epoque byzantine

A la suite de l’effondrement de l’empire romain, le monde a vu l’émergence de l’empire byzantin qui est venu s’emparer du territoire algérien dans les années 500 après J.-C. Comme les précédents empires, ils laissèrent toutefois aux rois berbères le soin d’administrer le pays avec une certaine autonomie.

Epoque arabe

Suite à une longue lutte entre Byzantins et Arabes, ces derniers finissent par occuper pleinement le pays dans les années 720 après J.-C. Les Arabes ont créé des dynasties au nom désormais connu, mais toujours en s’appuyant sur les rois berbères locaux, comme les Fatimides ou les Omeyyades entres autres.

Epoque française

De cette période jusqu’aux années 1800, la domination arabe s’est affaiblie, déjà par l’affaiblissement de l’empire arabe lui-même, mais aussi par les luttes pour le pouvoir au sein de la population locale, entre populations berbères notamment. Il était donc aisé pour les Français, peuple fort de ce début du 19ème siècle de venir occuper le territoire algérien.
Les colons français étaient bien plus admiratifs et envieux du territoire en lui-même que du peuple algérien de l’époque. De nombreux ouvrages d’alors vantaient les mérites du pays, de sa nature, des opportunités à y saisir. Dans ces mêmes récits, les populations étaient dénigrées, prises de haut, à la limite considérées comme sauvages.
Pour autant, certaines personnalités de cette population mal considérée ont forcé le respect et l’admiration à cette même époque, par exemple avec l’émir Abdel Qader.
Ce dernier était un leader de la région d’Alger et lors de son emprisonnement en France, les occidentaux ont découvert un homme raffiné, humble, fier et cultivé. Même l’empereur Napoléon a reconnu de grandes qualités à l’émir ; étrange pour une population aussi "arriérée" d’avoir en son sein des tels personnages.

Le territoire algérien a donc connu plusieurs civilisations sur son sol, ce n’est pas une terre sans histoire.
C’est de plus, sans compter sur son passé préhistorique : on a découvert des traces d’homme préhistorique en Algérie qui pourrait bien en faire un des foyers de l’humanité.
Il est évident que le pays n’a pas livré tous ses secrets et que le peu de moyens alloués aux recherches archéologiques ne vont pas y remédier.

Venons-en à présent au nom même d’Alger et de du pays Algérie ;
Comme nous l’avons écrit plus tôt, les rois berbères ont régné au préalable sur ce territoire depuis fort longtemps.

Piece de monnaie punique

Les Berbères nommait alors IKOSIM la ville actuelle d’Alger, et leur pays AFRAG.
Le terme berbère Afrag désigne la barricade, la limite par extension la frontière. En arabe, ce mot serait prononcé Afraq du fait des correspondances phonétiques. Il est pour nous évident que l’appellation d’origine du pays Algérie par les Berbères de l’antiquité a donné naissance au nom du continent tout entier : Afrag est devenu Africa pour les romains puis l’Afrique pour les Français.
Quant à la ville d’Alger, les Berbères des premiers temps la dénommait YKSM, en abrégé, soit Ikosim. Les Romains ont repris ce nom puisqu’ils ont baptisé la ville Icosium. Toutefois nous sommes persuadés que ce nom a été perdu au fil du temps et remplacé par un autre nom berbère : Adjider.
De Adjider à Alger, la transformation phonétique paraît crédible.
Adjider en berbère signifie l’aigle. Les populations locales depuis toujours sont fascinées par les Aigles, les Faucons et Buses. Elles ont même intégré ces oiseaux dans leurs mythes retranscrits jusque sur des pièces de monnaie locale à l’effigie de celui d’une femme appelée Victoire Ailée.

Aigle apparaissant sur le blason algérois du second empire

Étrangement les français du second empire ont choisi comme armoiries pour la ville d’Alger un Aigle royal doré lorsque les autres villes ont reçu des arbres ou des navires.
C’est grâce au travail minutieux de M. Berbrugger, bibliothécaire français, qui avait recueilli méticuleusement les renseignements donnés par les autochtones et déduisit que c’était un emblème important des Algérois, que cet emblème a été choisi pour la ville d'Alger la Blanche.
Parmi les autres pistes de l’origine du nom Alger pour la capitale et par conséquent celui du pays Algérie, il existe aussi la théorie que Alger viendrait du mot arabe Al Jazira qui veut dire l’île en français. En effet Alger en arabe se dit aljazayir ce qui est très proche. Cette théorie explique que les Arabes ont été surpris de trouver des îles au large de la ville d’Alger et l’ont baptisée ainsi. Mais c'est nier qu'avant eux il y a eu les Berbères en Algérie !

Comment est-il donc encore possible d’affirmer que les Français ont tout apporté à l’Algérie jusqu’à même son nom ? Nous espérons que tout comme nous, vous serez convaincus qu’il ne peut s’agir là que d’un discours de négationnistes, dans le meilleur des cas.

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 7 Juin 2020