Projets pour la Grande mosquée d'Alger

Grande Mosquee à Alger
Abdelmajid Tebboune

Le 20 Aout 2020, le Président de la République d’Algérie, Abdelmadjid Tebboune s’est rendu sur le chantier de la Grande mosquée à Alger lors d’une visite d’inspection de l’avancement des travaux.

Lors d’une allocution sur place, Président Tebboune a souligné la nécessité de créer une instance scientifique de haut rang et une grande société pour gérer cette infrastructure. Prévue pour contenir près de 120 000 fidèles, la salle de prière de la Grande mosquée aura une superficie d’environ 20000 m².

En ce jour coïncidant avec la célébration du Nouvel an de l’hégire et de la Journée nationale du moudjahid, le Président Tebboune a indiqué que l’inauguration de la Grande mosquée interviendra le 1er Novembre, "ce qui sera de bon augure, étant donné que nous sommes des Novemberistes", a-t-il commenté.

"Le ministre des Affaires religieuses à été investi de la mission de procéder à la mise en place d’une instance scientifique de haut rang qui se chargera de l’enseignement scientifique dispensé dans l’édifice, appelant à recruter les membres de cette instance scientifique parmi les plus grands instituts de par le monde, pour peu que le référent religieux national soit un juste, soit respecté, et qu’il ne fasse rien qui s’oppose à nos orientations."

Le Président Tebboune a également donné des orientations à l’effet d’établir un contrat avec une grande société pour les besoins de la maintenance et de l’entretien de toutes les structures, ajoutant "qu’entretenir la 3e plus grande mosquée au monde après celles des deux Lieux Saints requiert une société qui soit à la hauteur.". La mission sera de prendre en charge 30 hectares de terrain, structures comprises… tout en lui accordant la possibilité de "sous-traiter avec des start-ups" pour effectuer d’autres tâches, a-t-il expliqué.

Concernant la personnalité nationale qui présidera cet édifice religieux, le Président Tebboune a préconisé une personnalité "jouissant de compétences religieuses et scientifiques", car, a-t-il ajouté, "il s’agit d’un grand complexe qui abrite une mosquée, un institut, une bibliothèque et un service d’exploitation et de rénovation des manuscrits et qui suscitera certainement un grand engouement".
Dans ce cadre le Président de la République voudrait que cet édifice scientifique assure "une formation de post-graduation pour les universités algériennes et africaines et une formation de haut niveau pour les imams".

Auteur :
Mis en ligne : Jeudi 27 Août 2020

Autour de ce sujet