Découvrez la princesse Raiyah

Princesse Raiyiah
Princesse 2

A l’instar des médias français qui s’acharnent à faire naître une passion pour suivre les pérégrinations du couple formé par le Prince anglais Harry et son épouse afro-américaine originaire de Papouasie Nouvelle-Guinée, nous les Arabes, avons l’équivalent avec le couple de la Princesse Raiyah de Jordanie et de son mari anglais.

Mais que cela reste entre nous : nous trouvons cela bien plus passionnant !

En effet, contrairement au prince rebelle qu’est Harry, qui a renoncé à son titre de royal, afin de se conformer aux désidératas de sa dulcinée capricieuse, la princesse Raiyah a conservé son titre de noblesse : elle reste une princesse arabe. En outre, la jeune femme se passionne pour la culture japonaise (lien en savoir plus sur ses passions) et donne des cours de littérature japonaise, quand le couple Harry-Meghane n’a pas grand-chose à raconter, mis à part des photos de son bébé surexposé médiatiquement alors qu’ils souhaitent, soi-disant, fuir le tapage médiatique, le couple Harry-Meghan est d’un ennui… De plus, alors que le prince Charles a fêté ses 72 ans le 14 novembre 2020, le couple Meghan et Harry n’a même pas daigné présenter officiellement ses vœux à celui qui, pourtant, de loin, les soutient… Epouser un prince n’est pas forcément comme dans les contes pour enfants !

La Princesse Raiyah prouve que la place de la femme arabe n’est pas à la cuisine. Elle a commencé sa scolarité à Amman, en Jordanie, et a ensuite reçu son diplôme du baccalauréat international de l’United World College of the Atlantic, au Pays de Galles. En juillet 2009, la princesse Raiyah est diplômée de l'Université d'Édimbourg en Écosse avec un BA et une maîtrise (avec distinction) en études japonaises, y compris une distinction en japonais oral.

Dans le cadre de son cours pour l'année universitaire 2007-8, Son Altesse Royale a été détachée à l'Université Ritsumeikan de Kyoto, au Japon, où elle a suivi des cours de japonais, de relations internationales et d'études internationales sur la paix.

En 2014, la princesse Raiyah a obtenu une nouvelle maîtrise en littérature japonaise de l'Université Columbia à New York. Elle a ensuite commencé son doctorat en littérature japonaise prémoderne à l'Université de Californie à Los Angeles à l'automne 2014 et est actuellement candidate au doctorat en vue de terminer sa thèse. Elle a reçu plusieurs bourses pendant son séjour à l'UCLA ainsi qu'un prix d'excellence en enseignement en juin 2017.

En 1997, feu Sa Majesté le roi Hussein a décerné la médaille du mérite Al-Hussein du premier degré (or) à la princesse Raiyah. En 2006, Sa Majesté le Roi Abdallah II a décerné à Son Altesse Royale le Grand Cordon de l'Ordre d'Al-Nahda.

Le 26 décembre 2006, le Cabinet a émis une directive pour que la princesse Raiyah soit nommée attachée diplomatique auprès du ministère des Affaires étrangères. En 2011, elle a été promue au rang de troisième secrétaire, en 2014 au rang de deuxième secrétaire et en 2017 au rang de premier secrétaire.

En juillet 2007, le Centre national jordanien de la culture et des arts, sous le patronage de Son Altesse Royale la princesse Raiyah, a participé au Festival international d'Okinawa pour le jeune public – la première fois qu'une organisation arabe était représentée au Festival. La princesse Raiyah a tenu une conférence de presse et prononcé plusieurs discours en japonais afin d’aider à promouvoir l’événement et la participation de la Jordanie à celui-ci.

Princesse Raiyiah de Jordanie

La princesse Raiyah a accompagné Sa Majesté le Roi Abdallah II lors de voyages de travail au Japon en 2004, 2005, 2006, 2008, 2009 et 2010. Elle a également accompagné Sa Majesté lors d'une visite de travail en Corée du Sud en 2008.

De 2010 à 2011, la princesse Raiyah a été traductrice bénévole pour l'ONG Hunger Free World. De 2011 à 2012, elle a travaillé au département du Moyen-Orient de l'Agence japonaise de coopération internationale (JICA), où elle a aidé à des projets liés à la Jordanie et à la région dans son ensemble, et a également participé à divers ateliers organisés par la JICA sur des sujets tels que l'éco- tourisme, santé maternelle et infantile et tourisme sans barrières. Elle a également rencontré des victimes du tremblement de terre et du tsunami de Tohoku en 2011, ainsi que diverses ONG actives dans sa reconstruction et a fait des présentations sur la Jordanie dans diverses écoles intermédiaires et élémentaires de Tokyo et de Tohoku.

Son Altesse Royale aime la lecture, les arts martiaux, les sports nautiques, le snowboard, le volleyball et l'écriture et a remporté plusieurs prix pour l'équitation.

La princesse Raiyah parle couramment l'arabe, l'anglais et le japonais. Elle lit également le japonais classique et médiéval ainsi que le chinois classique et moderne. Contrairement aux femmes de son rang, cette princesse intellectuelle et aimant l’équitation n’accorde guère d’importance à son look, en général, et peut tout à fait faire un discours en étant habillée d’une chemise et d’un pantalon léger, coiffée d’un bandeau. Elle n’a pas fait de chirurgie esthétique !

Voyez-vous, nous trouvons dommage que d’un côté le monde essaye péniblement de nous intéresser à une femme insipide comme Mégane Markle, quand une princesse comme Raiyah ne semble pas mériter aux yeux des médias internationaux au moins la même considération. La promotion de la médiocrité par l’exemple ? Dommage, le monde rate une occasion de s’intéresser à une personne d’exception. Avis aux amateurs !

Auteur :
Mis en ligne : Lundi 4 Janvier 2021

Autour de ce sujet