La nuit du henné

Mains tatouées au henné - Crédit photo de Colin Hawkins

L'utilisation du henné n'est pas seulement esthétique, elle accompagne les heureux événements de la vie et est réputée apporter la Baraka (la chance). Dans un contexte particulier comme un mariage, le henné est aussi associé à la sensualité et à la fécondité.

Le henné, appelé Hena en arabe, vient de l'hébreu Hen (les Hébreux ont été les premiers à utiliser le henné comme cosmétique), et signifie "trouver grâce". En embellissant ses mains lors de la cérémonie du henné, la mariée souhaite trouver grâce aux yeux de son mari...

La symbolique de la Nuit du henné

 

La Nuit du henné est l'une des fêtes qui fait partie de la cérémonie de mariage maghrébin qui dure plusieurs jours. Elle doit avoir lieu sept jours avant le mariage religieux. Selon la coutume, cette cérémonie fait passer la jeune femme du statut de fiancée à celle de jeune mariée. Une fois cette cérémonie passée, les éventuels prétendants de la jeune femme doivent perdre tout espoir de la demander en mariage ! Traditionnellement, la Nuit du henné a toujours lieu en soirée et entre femmes, au domicile des parents de la mariée. Des proches parentes du marié se rendent au domicile de la mariée avec des présents offerts par le mari (bijoux, robes...) ainsi que des cadeaux symboliques : du sucre, symbole de bonheur, des oeufs symboles de vie que la mariée cassera pour symboliser son changement de vie, et une pièce d'un centime, symbole de prospérité. Arrivées au lieu de la cérémonie, les parentes du marié sont accueillies chaleureusement, alors qu'un orchestre de femmes chante et joue de la derbouka. On sert le couscous de noces, et après le repas, on va chercher la mariée, volontairement en retrait dans une pièce. Le visage couvert d'un voile de soie, on la fait asseoir sur des coussins brodés d'or. C'est à ce moment-là que l'on pose les présents à ses pieds. Entourée de dames d'honneur qui doivent porter chacune une chandelle jusqu'à la fin de la cérémonie, puis les laisser allumées jusqu'à ce qu'elles se consument, la mariée se prépare à recevoir le henné.

Le tatouage de la mariée

Hanaya tatouant une mariée - Crédit photo Zubin ShroffC'est la hanaya ou hanana (préposée au henné) qui est chargée de la pose du henné. Elle dépose la poudre de henné sur un plateau en argent avec deux oeufs. La poudre est diluée avec de l'eau de rose ou de l'eau de fleur d'oranger et l'arôme de ces eaux florales, mélangée à l'odeur naturellement suave du henné, est très agréable. Avant de lui poser le henné sur les mains et éventuellement sur les pieds, on soulève le pied de la mariée, qui porte toujours un voile sur le visage, pour lui suggérer de casser les oeufs : c'est une façon symbolique de commencer une nouvelle vie. Ceci fait, on passe à l'application du henné qui agit comme une sorte de talisman censé assurer le bonheur de la jeune mariée au domicile conjugal et la prospérité de son futur foyer. Au Maroc, il est fréquent que la hanaya dessine de jolis motifs floraux sur les mains de la mariée. Une fois appliquée, on recouvre les mains de la mariée de jolis gants de soie assortis à sa toilette. La hanaya couvre ensuite la mariée de bénédictions et de louanges tandis que les femmes font des youyous en son honneur. On distribue dragées et confiseries aux invitées, la fête avec son lot de danses, de chants et de youyous reprend et s'achèvera à l'aube.

Auteur :
Mis en ligne : Lundi 14 Février 2005