Trump et Al Kazemi : coordination sécuritaire et promesses d'un retrait américain

Trump et Al Kazimi

Le président américain Donald Trump a annoncé que les forces américaines quitteraient l'Irak sans fixer de calendrier.

L’événement est historique puisque M. Trump reçoit pour la première fois le Premier ministre irakien Mustafa Al-Kazemi à la Maison Blanche à Washington.

Cette rencontre fait suite à l'augmentation des attaques contre des cibles américaines par des milices affiliées à l'Iran. Les Etats-Unis demandent au gouvernement irakien de garder les 5 000 soldats américains déployés dans le pays dans le cadre des efforts de lutte contre les terroristes.
L'armée américaine s'est retirée d'Irak à la fin de 2011, laissant un petit contingent pour assumer des fonctions à l'ambassade américaine.
Cependant, des forces supplémentaires ont été déployées dans le pays quelques années plus tard pour soutenir les forces irakiennes dans la lutte contre l'Etat islamique, qui a lancé une offensive majeure à l'été 2014.
Al-Kazemi a déclaré aux journalistes à Washington qu'à la fin de la guerre contre l'Etat islamique en Irak, les cellules dormantes du groupe constituaient toujours une menace.

"À un moment donné, nous serons partis", a déclaré Trump lors d'une réunion avec Al-Kazemi à la Maison Blanche, ajoutant: "Nous avons réduit (notre présence) à un niveau très, très bas."

"Mais nous avons retiré nos soldats d'Irak assez rapidement, et nous attendons avec impatience le jour où nous ne serons pas obligés d'être là, et nous espérons que les Irakiens pourront agir de manière indépendante et se défendre."

Le conseiller d'Al-Kazemi révèle les détails des accords du retrait américain d'Irak

Trump a déclaré que les questions militaires et les projets pétroliers, en plus des problèmes de développement, étaient à l'ordre du jour de sa réunion avec Al-Kazemi, qui a succédé au poste de Premier ministre en mai.

A la Maison Blanche, Al-Kazemi a déclaré qu'il était "reconnaissant" du soutien américain dans la lutte contre Daech, qui "renforce notre partenariat au profit de notre pays".

Concernant les soldats américains, Al-Kazemi a déclaré: "Certes, nous n'avons pas besoin de forces de combat en Irak, mais nous avons besoin de formation et de renforcement de nos capacités et de notre coopération en matière de sécurité".

Auteur :
Mis en ligne : Vendredi 21 Août 2020

Autour de ce sujet