La Jordanie attire Netflix pour ses films arabes

Amman capitale de la Jordanie

Pour ses productions au Moyen-Orient, la société de diffusion en flux continu sur Internet Netflix songerait à installer une base en Jordanie. Pour Simran Sethi, directrice des programmes originaux internationaux de Netflix, s’associer avec des réalisateurs jordaniens n’est qu’un premier pas… En effet, Netflix prépare une série Al Rawabi School for Girls ou Al Rawabi école pour filles, attendu potentiellement par un public mondial, et ce, dans plus de 190 pays.
La série deviendra ainsi le second programme original Netflix en arabe après Jinn, et le second produit en Jordanie. Cette série "reflète l'engagement de Netflix à investir dans cette région et à explorer davantage de belles histoires et des talents, en plus de fournir aux cinéastes et au public du Moyen-Orient, une plateforme mondiale pour raconter et entendre des histoires différentes", conclut le géant du streaming. Le choix de la Jordanie n'est pas anodin, c’est sa stabilité qui est son principal atout : Le pays n'a pas été touché par les révolutions arabes. Il entretient des relations privilégiées avec les Américains, la société jordanienne est l’une des plus ouvertes et tolérantes du Monde arabe, notamment vis-à-vis du statut de la femme.

A cela s'ajoute le soutien total du gouvernement jordanien à un partenariat cinématographique avec l'Occident.

Entre l’inquiétude que peut susciter l’avancée de l’impérialisme culturel anglo-saxon dans les pays arabes, et l’ouverture du monde arabe pour le faire tendre vers l’universel, ce projet, nous devons l’avouer, semble malgré tout prometteur et réjouissant, selon nous.

Illustration: Amman, capitale de la Jordanie, by night

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 21 Avril 2019