Déesse Hathor

Lionne

Hathor ou Hatahur est une déesse égyptienne symbolisant la demeure du dieu Horus (c'est-à-dire le Soleil) ; elle a la forme d'une vache dont les cornes enserrent un soleil orange que les Egyptologues appellent le disque solaire. Le temple le plus important de Hathor est à Dendérah, où son culte a commencé vers le Ier siècle avant notre ère. Elle était adorée comme la déesse des mères, de la fertilité et de l'accouchement.

Hathor est la fille de Rê, d'où le Soleil qu'elle porte sur la tête, et de Nout Déesse du Ciel et des Nuits.

Hathor a pour époux le dieu Horus ou Hwris Bihidnati pour se rapprocher (peut-être) de la langue usitée à cette époque, l'enfant d'Osiris et Isis ; au départ protégé par ses parents le dieu faucon est devenu assez fort pour combattre Seth, le dieu du Mal, et réclamer son héritage, le Trône d'Egypte.

Hathor, tombe Nefertari

Hathor peut donc prendre la forme d'une femme ou d'une vache ; sous cette forme elle protège les Amours, la Beauté, la Maternité, favorise les plaisirs et la Joie. Mais elle peut aussi punir les hommes qui se révoltent et prend alors sa forme de lionne appelée Sekhmet, qui, dit la légende, réside en Nubie.

Hathor est aussi la protectrice d'Horus. Cette mission, elle la porte dans son nom qui veut dire La Maison du dieu Horus. La déesse Hathor est souveraine de l'Occident (le monde des morts). Cela s'explique par le fait que le Soleil se couche à l'Ouest, l'Occident...

Les pharaons d'Egypte quant à eux, étaient les descendants de la déesse Hathor c'est pourquoi ils se présentaient comme les fils d'Hathor.

A Thèbes (Louxor), on la vénère comme déesse des morts surnommée grande déesse du Sycomore. Le sycomore est une variété d'érable que l'on appelle aussi le faux platane. Cet arbre sacré se trouvait sur la rive gauche du Nil, on disait que les âmes sous la forme d'oiseaux venaient se poser dessus. 

HathorSi elle est reconnue comme l'épouse d'Horus, en fonction de la localité, son époux peut aussi être Sobek à Noubet (Kôm Ombo aujourd'hui) ou Hérichef à Héracléopolis. Sa fête avait lieu durant un mois entier, compris entre la mi-mai et la mi-juin, c'est le mois d'Ephiphi.

En effet, à cette époque-là chaque ville d'Égypte avait sa propre divinité ou sa propre conception de la divinité.

Comme les dieux avaient des symboles divins, pour les dieux le sceptre royal, pour les déesses la croix et des colliers magiques, Hathor avait naturellement les siens ! Elle portait sur un elle un collier de perles faites de verre, d'agate (représente le sphinx), de cornaline (le sang d'Isis), de lapis-lazuli (protection qui symbolise la nuit), de turquoise (protège les morts), qu'elle mettait au défunt pour le protéger ensuite.

La déesse peut aussi tenir un sistre, instrument de musique à percussions dont le tintement apaise les dieux et les âmes.

3

Pour tous ceux qui savent l'implorer avec des formules magiques, la vache sacrée sort des montagnes du désert, là où se trouve la limite du territoire des vivants, pour accueillir les défunts à leur arrivée dans l'Autre Monde, les emporter sur son dos et les protéger, entre autres des monstres qui dévorent les morts, comme cela est relaté parfois dans le Livre des Morts. Il s'agit du livre sur papier le plus ancien que l'on connaisse dans lequel il y a des invitations pour aller vers les dieux, des chants et des prières, puis la description de ce que nous rencontrons dans l'au-delà.

egyOn mettait ce document dans le sarcophage des défunts et il leur servait de guide. Selon cette croyance, le défunt voyageait sur une barque magique qui l'emmenait dans l'Au-delà où il deviendrait immortel, mais pour y arriver, le défunt devait franchir certaines étapes et répondre à des questions que les êtres spirituels qu'il rencontrait dans son périple lui poseraient.  Mais avant toute chose, il devait quitter la Terre le cœur léger et son cœur était pesé. Pour que le test réussisse, le cœur du défunt doit être aussi léger qu'une plume, la plume de la déesse Maat. Ceux qui étaient jugés indignes par les dieux étaient jetés dans des puits infernaux et torturés. Ceux qui étaient dignes tout en échouant au test étaient jetés en pâture et dévorés par Ammut la dévoreuse des morts. L'âme du Mort si elle avait été purifiée à l'aide d'incantations magiques et qu'elle réussissait au test, pouvait continuer son chemin vers le dieu Osiris, le dieu des Morts. Il était fréquent de lire sur les sarcophages la prière que voici : Je suis venu chanter la gloire d'Orion ! Mon âme est une étoile d'or, avec elle, je tournerai à jamais dans le Ciel". Le dieu Horus disait alors : « Je suis celui qui ouvre les portes du ciel et qui règne sur le trône. » et il ouvrait les portes du ciel.

Le Mort sortait enfin des Ténèbres vers la Lumière avec Hathor qui, dans le même temps,  accompagnait le Soleil dans sa course vers l'Autre Monde.

Un peu de musique pour accompagner cet article ! La fête de Hathor était célébrée avec faste, toujours dans la joie et l'allégresse.

 

 

5

Illustration : le roi Mykérinos entouré de deux déesses portant de longues robes dont l'une est coiffée de la fameuse couronne de Hathor.

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 10 Mars 2019