L'Etat israélien ne veut pas vendre d'armes avancées aux Emirats

Avions F-35

Le ministère de la Défense craint la divulgation de renseignements sensibles aux nations ennemies

Une discorde datant d'au moins deux ans oppose le bureau du Premier ministre israélien et le Mossad, au ministère de la Défense, a révélé mardi le quotidien Yediot Aharonot.
L'agence de renseignement pousserait le gouvernement mené par Benyamin Netanyahou à la vente d'armes et d'informations hautement sensibles, tandis que la Défense refuse catégoriquement une telle initiative par crainte de divulgation de renseignements aux nations ennemies.

Selon des sources bien informées au sein de la Défense et citées par le journal, depuis plus de deux ans, le cabinet du Premier ministre et le Mossad font pression sur le ministère pour obtenir son approbation concernant la vente d'équipement militaire aux Emirats, incluant non seulement des capacités de renseignement, mais aussi des armes offensives sophistiquées.

Les Émirats arabes unis sont officiellement définis par le ministère de la Défense comme un pays auquel la vente d'armes n'est pas autorisée, mais qui bénéficie en pratique d'une fourniture en équipement militaire israélien de haut niveau depuis plus de huit ans.

Le quotidien affirme que ces transactions ont commencé peu après l'assassinat en 2010 à Dubaï d'un chef du Hamas, Mahmoud al-Mabhouh, acte qui a déclenché une profonde crise entre les EAU et l'Etat hébreu. Les tensions auraient été désamorcées par Amir Pardo, alors chef du Mossad, grâce à la vente par Israël de certains dispositifs militaires aux Emirats. En retour, Abou Dhabi aurait promis de ne livrer aucune information sensible à des pays ennemis. En septembre, les EAU et Israël ont scellé ces accords établissant des relations diplomatiques entre les deux pays à la Maison Blanche, sous les auspices des États-Unis. Une entente à laquelle s'est joint également le Bahreïn. Tout cela dans le but de pacifier la région du Moyen-Orient et avec l'objectif de voir plus de nations arabes se joindre à la tendance d'établir des liens diplomatiques avec l'État israélien.

Le bureau du Premier ministre a démenti les informations révélées par Yediot Aharonot, affirmant que tout était "faux".
"Aucune demande de ce type n'est parvenue au Premier ministre ces dernières années, et si c'était le cas, il ne l'aurait pas approuvée".

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a salué la vente d'avions de chasse F-35 américains aux Émirats arabes unis (EAU) dans le cadre des progrès diplomatiques entre les deux nations développées à la suite du célèbre accord Abraham.  
Les accords d'Abraham ont ouvert la voie pour tenter de parvenir à la paix au Moyen-Orient et de résoudre des questions enracinées telles que le conflit israélo-palestinien. En effet, une partie du monde arabe considère ces pactes comme une trahison de la cause palestinienne, mais récemment d'autres acteurs ont rejoint les accords, comme le Soudan, qui a également normalisé ses relations avec Israël.

Dans ce cadre, des avancées politiques ont été réalisées dans le lien créé entre les EAU et Israël dans différents domaines tels que l'économie et, dans ce cas, les armes. "Après une évaluation précise par des professionnels du ministère de la défense, il a été décidé qu'Israël ne s'oppose pas à la fourniture de certains systèmes d'armes aux EAU, alors que cette question est ancrée dans un accord avec les États-Unis qui améliore l'avantage compétitif d'Israël et garantit son avantage militaire au Moyen-Orient dans les prochaines décennies", a déclaré un communiqué officiel de l'État israélien.

Au départ, Netanyahou a indiqué que l'acceptation de la vente d'équipements militaires aux Émirats ne faisait pas partie des accords, mais cette option a maintenant été incorporée. La note officielle indique que "les nouveaux accords ne font pas partie de l'accord de paix" avec les EAU et que ceux-ci ont été discutés il y a seulement un mois, après la signature en septembre des accords d'Abraham, sous la médiation de Washington et dans lesquels les Emirats et Bahreïn ont accepté d'établir des relations diplomatiques avec Israël.

Pendant ce temps, Benny Gantz, ministre de la défense et principal partenaire de Netanyahou, est rentré récemment de Washington, où il a négocié jeudi une "compensation" pour son pays pour la vente d'armes avancées aux pays arabes. Gantz a signé un accord avec le secrétaire américain à la Défense Mark Esper pour maintenir ce qu'on appelle "l'avantage militaire qualitatif", qui permettra la fourniture de "systèmes d'armes avancés qui amélioreront considérablement les capacités militaires israéliennes, en maintenant son avantage militaire et sécuritaire dans la région".

Malgré le fait que les deux dirigeants acceptent de donner maintenant le feu vert à la vente par les États-Unis de chasseurs F-35 et d'autres armes avancées au Golfe, ils ont échangé des accusations en public, Gantz assurant que cette possible vente d'armes, qui aurait été négociée avant la signature de l'accord de normalisation avec Abou Dhabi, était cachée à la défense. Netanyahou a nié ces allégations ce soir et a déclaré qu'« il n'y avait pas d'accord » avant la signature de la normalisation.

Les analystes estiment que la vente aux Émirats des F-35, qui avait été refusée pendant des années, a peut-être été l'un des facteurs qui ont fait pencher la balance en faveur de la décision d'Abou Dhabi de rompre le consensus de la Ligue arabe et d'établir des relations avec Israël sans attendre une résolution du conflit avec les Palestiniens.
« Nous avons récemment conclu ce pacte », a déclaré Netanyahou, « et la demande de Gantz n'est donc pas fondée. Elle ne repose sur aucune vérité », dans des déclarations également recueillies par El Correo del Golfo.

Auteur :
Mis en ligne : Vendredi 30 Octobre 2020