Taha Ismail Al-Abdullah: Une enquête qui fait froid dans le dos !

Syrien torturé et tué par des mercenaires
Vladimir

Le frère d'un Syrien veut forcer Moscou à enquêter sur le rôle possible du groupe Wagner dans son assassinat

Le frère d’un Syrien tué par des mercenaires présumés russes a appelé les autorités de Moscou à enquêter sur l’incident et sur le rôle éventuel joué par le Groupe Wagner, un groupe de mercenaires dirigé par l’un des proches alliés de Vladimir Poutine.

Une séquence vidéo publiée par le journal russe Novaya Gazeta montre un groupe de six hommes torturant un détenu syrien. La victime, Mohammed Taha Ismail Al-Abdullah, aurait déserté l’armée du Président Bachir al-Assad, puis aurait été capturé.

Les soldats, parlant en russe, ont coupé la tête et les bras d’Abdallah, l’ont suspendu à des fils électriques et ont fini par allumer un feu pour brûler son corps une fois Al-Abdullah mort.

Les médias arabes pensent que le meurtre a eu lieu au printemps 2017 dans un champ pétrolifère de la province de Homs. Les mercenaires de Wagner avaient alors chassé les combattants d'ISIS de la région.

Lundi 15 mars 2021, la famille de la victime et trois groupes de soutien ont lancé une affaire judiciaire historique visant à forcer les enquêteurs de l’État russe à examiner le rôle joué par les soldats présumés russes, voir si les soldats impliqués travaillaient pour le groupe Wagner et les traduire en justice.

Les États-Unis affirment que le groupe Wagner est dirigé par Yevgeny Prigozhin, un oligarque inculpé qui a financé la célèbre usine de trolls (propagandistes et activistes) de Saint-Pétersbourg et qui a soutenu Donald Trump lors de l'élection présidentielle de 2016. Le FBI a offert une récompense de 250 000 $ pour les informations ayant conduit à son arrestation.

Le groupe Wagner aurait envoyé des mercenaires en Syrie, en Ukraine et en Libye, ainsi que dans d'autres pays africains où le Kremlin a un intérêt stratégique croissant. Prigozhin nie que Wagner existe. Les responsables à Moscou ont jusqu'à présent refusé d'interroger les mercenaires vus dans la vidéo, qui ont été identifiés par les médias russes.

Auteur :
Mis en ligne : Lundi 15 Mars 2021