France : une infection qui récidive est plus difficile à combattre ?

Femme smoothie, France

Heureusement, non. C'est comme si nous gardions en nous une bombe prête à éclater en cas d'infection déjà combattue une première fois. Et cela s'explique : notre système adaptatif se met en ordre de bataille environ une semaine après l''attaque' initiale. Ses 'soldats' ? Les lymphocytes T et B (encore des globules blancs), produits dans la moelle osseuse, qui migrent ensuite, via le sang, vers les ganglions lymphatiques (il y en a des centaines dans tout l'organisme !), la rate et les amygdales.

En France, on a fait une étude intéressante sur le système immunitaire

A chaque type de lymphocyte sa mission. "Les T, en se démultipliant, tuent les pathogènes présentés par les cellules dendritiques, précise le Pr Vivier. Tandis que les B produisent des anticorps, des molécules qui vont garder la mémoire de l'agent pathogène et pourront le neutraliser plus efficacement si l'organisme y est de nouveau confronté un jour." Par ailleurs, environ un mois après une infection, se constitue un "pool" de lymphocytes T et B "mémoires", qui seront plus efficaces lors d'une nouvelle attaque par le même agent pathogène ou un agent pathogène proche.

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 23 Septembre 2020