L'âpre lutte pour revendiquer l'héritage égyptien

Gros plan sur une ancienne carte d'Afrique
Egyptien Jeune aujourd'hui

Pour les passionnés de l’Egypte antique, vous serez ravis d’apprendre qu’il y a une exposition nommée "Toutankhamon"  à Paris, à La Villette jusqu’au 15 septembre 2019. Celle-ci toutefois a été perturbée par un groupe d’individus qui se disent antiracistes et qui réclament l’interdiction de l’exposition au motif que les égyptologues et commissaires d’exposition tenteraient de cacher l’origine noire africaine des Egyptiens anciens.
Ces agitateurs ont d’ailleurs déjà réussi à perturber l’évènement culturel en entrainant des arrêts de certaines représentations artistiques.
Universitaires, scientifiques, chercheurs et artistes ayant un rôle actif dans cette exposition reçoivent une vague de violence, se faisant traiter de racistes et semblent ainsi découvrir un lobby ethnique d’une grande puissance, pourtant connu depuis quelques années.
Ces accusations injustes entraînent malgré cela un débat intéressant auquel nous allons tenter de répondre sur Orientale.fr.

Quel est ce lobby prônant l’afrocentrisme ?

Les afrocentristes sont des gens d’origine noire africaine qui récrivent l’Histoire en se réappropriant la culture des Egyptiens anciens, en prétendant être leurs descendants directs, et ce, en réinterprétant la phonétique égyptienne, en disant que les statues ont des traits noirs africains, mais que des Européens ont cassé leurs nez afin de volontairement dissimuler leur caractère épaté propre aux Africains. En outre, ils affirment que les personnes peintes sur les bas-reliefs sont Noires sur le plan ethnique. De plus, ils certifient que l’ancien nom de l’Egypte serait Kemet et que cela voudrait dire noir, donc "pays de Noirs". L’un des leaders de ce mouvement est le Professeur Molefi Asanté. Cet homme qui ne se base sur rien de scientifique, veut nous enfumer à l’aide de théories ethnocentristes et refuse tout débat sur l’origine des Egyptiens anciens. Son véritable objectif semble plutôt de vendre ses livres et facturer ses séminaires comme d’autres détracteurs d’autres communautés nous ont habitués.
Ill: Egyptien.

Les Egyptiens étaient-ils Blancs ou Noirs ?

La principale revendication du lobby est d’affirmer que les Egyptiens anciens étaient un peuple avant tout noir. Ils utilisent pour prouver leurs dires, des fresques où on peut voir des personnages peints en noir. Le peuple égyptien lorsqu’il était représenté sur les fresques n’était pas noir, mais simplement bronzé.
Il faut savoir que les fresques, les illustrations, suivaient en fait un code couleur bien précis. La femme égyptienne noble est coloriée en jaune sur les bas-reliefs, faut-il en déduire que les anciens Egyptiens étaient Jaunes? Le lobby affirme également que l’on voit des Egyptiens avec les cheveux frisés, et il y voit des cheveux typiquement noirs africains. Il est à noter que la femme égyptienne noble a les cheveux mi- longs. Il apparaît que ce n’est pas un style de coiffures des Noirs antiques ; le fait d’avoir les cheveux longs, mi- longs, coiffés et lâchés sur les épaules est en revanche typique des Méditerranéennes. Les nobles égyptiens se teignaient très souvent les cheveux au henné ce qui n’est guère le cas du peuple, et cela ne se voit guère sur les fresques.

Scribe aux yeux bleus
Imazighen ancêtres des Algériens (bas-relief égyptien)

Certains confondent le teint clair avec l’ethnie blanche, or ce sont deux choses différentes. La couleur de votre peau, lorsque vous êtes Blanc peut varier en fonction de l’ensoleillement, or elle ne varie pas pour une personne Noire. Un Noir qu’il soit au Sénégal ou qu’il vive en Allemagne, aura toujours une couleur de peau foncée, sauf s’il est métissé bien sûr, mais le métissage tel que nous le connaissons est récent à l’échelle de l’histoire. Ce n’est pas parce que votre cousine dont le père est Allemand et la mère est Togolaise ressemble vaguement, de trois-quarts de profil, à une Egyptienne, qu’elle en est une descendante. Hérodote décrivait le Méditerranéen comme "noir et frisé". Qu’entendait-il par "noir" ? Avec une carnation foncée, certes, mais pas au sens ethnique. Il ne viendrait à l’esprit de personne de sensé de dire que des Italiens du sud sont noirs comme les Sénégalais. Et pour cause, ils sont Blancs mais avec une carnation foncée. Nuance..
Cerise sur le gâteau, certains Egyptiens avaient la peau claire avec des yeux bleus ; nous avons encore des bas-reliefs ou fresques et des statues représentant des gens avec les yeux bleus.
Il ne faut donc pas comparer l’incomparable. Dans les Mille et Une Nuits, un vieux monsieur qui veut marier une jeune femme dit à un prétendant : "Vous voyez cette femme, elle est belle. Elle a la peau tannée par le soleil, mais elle retrouvera bientôt son teint normal".
Preuve que dans les contrées ensoleillées, où le soleil brille dans un ciel sans nuages, les hommes et les femmes étaient plus ou moins clairs en fonction du temps passé à bronzer, le plus souvent par obligation, pour travailler à l’extérieur.

Tenues vestimentaires

Contrairement à l’Afrique de l’Ouest où la nudité est pratiquement la règle, les femmes égyptiennes de rang élevé sont toujours représentées en robe longue. Robes longues que portent les Méditerranéennes en général. Durant l’Antiquité, les femmes qu’elles soient Grecques, Romaines ou Arabes portaient de longues robes, avec une ceinture le plus souvent. Leurs robes présentaient une certaines sobriété, elles étaient souvent de couleur blanche ou noire.

Les tests ADN ont parlé !

Des chercheurs de l’institut Max Planck à Iéna et de l’université de Tübingen ont étudié l’ADN de 151 momies.
Ils ont aussi analysé le génome de 100 Égyptiens contemporains habitant Le Caire, ainsi que 125 Éthiopiens : Et aucun, n’est, génétiquement parlant, proche des antiques égyptiens.
L’étude publiée dans Nature Communication indique en effet que les anciens égyptiens sont en réalité plus proches génétiquement des habitants actuels de pays du Proche-Orient comme Israël, la Jordanie ou le Liban, de la Turquie, et même l’Europe.

Et les nez cassés ? Sont-ils l’œuvre d’Européens ?

Casser le nez était une tradition des successeurs de pharaons que l’on n’aimait pas pour que l’âme du défunt ne puisse pas s’élever. Cela a été le cas pour une femme qui s’est autoproclamée pharaon : Hatchepsout. Son successeur, après le décès de celle-ci, a cassé le nez de sa momie.

Kamet, Kemet ou Khem

Jeune fille egyptienne
Papyrus egyptien

Certains détracteurs avancent que Kemet veut dire noire ou terre noire. Pourquoi pas ?

Mais ce n’est en rien une preuve irréfutable selon laquelle les Egyptiens étaient Noirs comme les Sénégalais.
Il y a plusieurs façon d’interpréter une expression, au figuré nous semble cohérent puisque les mots sont retranscrits par des symboles. Les langues ont évolué mais si on s’amusait à faire le rapprochement avec la langue arabe il se trouve que Kemet veut dire valeur. Or rien n’a plus de valeur aux yeux des Egyptiens que leur pays, leur terre.
Prenons la divinité Ammon-Ré, que tout passionné d’Egypte antique connait, de son nom complet : Ammon-Ré Ta Apt. Ce dieu disposait d’une autre appellation moins connue : Amso Khem.
Or dans Amso Khem, il y a Khem ou Kamet ou Kemet, suivant la prononciation.
Ne serait-il pas logique que les Pharaons, descendants des dieux, aient donné à leur pays le nom du dieu le plus important de leur panthéon ?
Khem est un nom approprié pour un pays de pharaons, car il veut dire Dignité dans bon nombre de langues dites sémitiques. De plus, la tradition veut que chaque ville dans la Basse-Egypte portait le nom d’un dieu ! Exemple avec La découverte de plusieurs inscriptions funéraires datées de l'Ancien Empire (tombes de Iouhy, Bebi, Bekheni, Sabi, etc.) attestent que le dieu faucon Nemty est le dieu de la ville de Hout-Nesout tandis que le dieu chacal Anubis est le dieu principal de la ville voisine de Hout-Benou (sans doute Cynopolis).
À partir du règne de Amenhotep III il s'avère que le dieu Horus est la divinité principale de Hout-Nesout au détriment de Nemty. Si des villes sont sous la protection de dieux et qu’elles portent un nom divin, peut-on sérieusement penser qu’un pays de rois ne soit pas sous la protection d’un dieu suprême !
Nier la culture de l’autre pour ensuite se la réapproprier est d’une malhonnêteté innommable.
Les Egyptiens contemporains sont mécontents et n’apprécient pas que des spécialistes de l’enfumage se servent de logiciels de retouche d’image pour changer l’apparence de leurs ancêtres. Toujours afin de prouver leurs dires, les détracteurs diront que 15 à 20% de la population égyptienne contemporaine ont des origines d’Afrique sub-saharienne et par un raccourci magique démontrent que les Egyptiens de l’antiquité étaient donc noirs eux aussi.
Il ne faut pas oublier que 80% restant des Egyptiens contemporains sont d’origine nord-africaine, arabe et européenne. Comme leurs ancêtres, puisque cela a été établi par des analyses scientifiques.
L’écriture a été inventée par des peuples du Proche-Orient, est-ce une pure coïncidence ?
Et puis que dire de la façon dont sont rédigés les écrits Egyptiens et un écrit sacré comme le Coran. Les couleurs, la courbes, les dessins et illustrations : Comparez avec les papyrus vieux de plusieurs milliers d’années et vous trouverez de nombreux points communs.
Difficile de ne pas y voir une proximité culturelle.

Femme chaouia robe bleue
Musulman

L’art culinaire de l’Egypte antique se retrouve … en Egypte et au Maghreb !

Est-ce aussi une coïncidence si des plats égyptiens de l’Antiquité sont préparés à l’identique non seulement par les Egyptiens d’aujourd’hui mais aussi par les Tunisiens ? Les potages mouloukhia et le foule ne sont que des exemples.

L’armée égyptienne nous informe sur la culture des anciens Egyptiens

Là encore la proximité avec la culture proche-orientale est évidente lorsqu’on pense au fait que les Pharaons, lorsqu’ils partaient à la guerre, utilisaient des chars. Quant à l’équipement des soldats, on retrouve encore l’influence arabe et européenne ! Ils utilisaient un arc et des flèches, mais aussi des macis, des poignards et des lances. Ils portaient des casques en cuir et se protégeaient à l’aide de boucliers en bois ni trop lourds, ni trop légers. Il est également à noter que c’est en Mésopotamie et en Egypte que l’homme a commencé à construire des fortifications. Y-avait-il des soldats noirs? Oui, car les Pharaons recrutaient souvent des étrangers noirs dans leurs armées. Les Egyptiens voulaient avoir une grande armée. L’utilisation du char quant à elle, était réservée à la Noblesse égyptienne, les chars étaient souvent conduits par les jeunes princes, les fils de Pharaons. On n'utilisait pas de chars en Afrique noire à l'époque.
Vous l’aurez compris, pour nous, les anciens égyptiens sont devenus les arabes contemporains, nous en sommes convaincus, et les découvertes scientifiques les plus récentes ne font que nous conforter dans notre conviction.
Or ce n’est pas une honte d’être noir. Les Arabes savent que les noirs ont toujours été de proches voisins, se sont mêlés aux populations et ont contribué à l’histoire.
Il est donc dommageable au nom d’une revendication communautaire de revendiquer un passé qui appartient à d’autres peuples.
Les musulmans se souviendront que le premier musulman à avoir fait l’appel à la prière était Bilel ! Le premier muezzin est noir. Il ne faut pas faire de politique en la matière il faut être précis lorsque nous parlons de faits historiques. Tout le monde se souvient du fait que les Nubiens étaient des Noirs, très proches des Egyptiens au niveau culture. Eux aussi ont des pyramides et leurs dieux étaient semblables à ceux des Egyptiens. Les peuples primitifs, eux, avaient du mérite et étaient des chasseurs. Aujourd’hui, il reste dans des forêts isolées certaines tribus que des peuples plus évolués sont allés ennuyer alors qu’elles vivaient dans l’abondance. Mais ce ne sont pas ces primitifs qui nous ont transmis des valeurs, la religion, pour ainsi dire l'essentiel de notre patrimoine culturel.

La montée en force grandissante des lobbys ethniques ou communautaristes est un véritable danger, un poison toxique, pour aider les individus à vivre ensemble paisiblement, espérons que les esprits belliqueux en manque de notoriété utilisant des idées blessantes soient vite contrées par des actions efficaces.

Belle illustration de l'imprégnation de la culture ancestrale égyptienne : Nancy Ajram - Aah W Noss

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 17 Avril 2019