Sama El-Masry condamnée en Egypte pour incitation à l'immoralité

Danseuse égyptienne

Sama El-Masry, une actrice et danseuse égyptienne très connue dans son pays, a été condamnée ce samedi à une peine de trois ans de prison. Le 23 avril, El-Masry a été arrêtée pour avoir publié des vidéos à caractère sexuel sur les réseaux sociaux.

L’Egypte ne plaisante pas avec les moeurs

Il est reproché à l'artiste âgée de 44 ans, d'avoir posté sur Internet des photos qualifiées de "sexuellement suggestives" (comme le fait de manger des dolmas en prenant une pause lascive par exemple) par le parquet, allant à l'encontre des valeurs familiales. Reconnue également coupable d'utilisation de sites et de comptes dans le but de commettre "l'immoralité", elle devra en outre s'acquitter d'une amende de 300 000 livres égyptiennes, soit environ 16 500 euros. Le bureau du procureur général a déclaré précédemment avoir reçu un certain nombre de plaintes de citoyens concernant les postes d'El-Masry.
Arrêtée en avril dernier, Sama al-Masri a annoncé qu'elle ferait appel. Selon elle, ces images, partagées sur différentes plates-formes telle TikTok, ont été volées et diffusées via son téléphone à son insu.

"Il y a une énorme différence entre la liberté et la débauche", a déclaré John Talaat, un député égyptien.

Ce n'est pas la première fois que la justice égyptienne condamne une femme célèbre au motif d’incitation à la débauche. L'actrice Rania Youssef avait ainsi été menacée d'une peine de cinq ans de prison pour avoir porté une robe transparente au festival du film du Caire.

S’il n’était pas rare dans l’Egypte antique, que les femmes portassent des robes légères, pudiques pour l’Antiquité mais transparentes pour nous, cette époque-là est bel et bien révolue.

Auteur :
Mis en ligne : Mardi 30 Juin 2020

Autour de ce sujet