Rym Hakiki, chanteuse ou polémiste dangereuse ?

Rym Hakiki, chanteuse ou polémiste dangereuse

Rym Hakiki, une célèbre chanteuse algérienne, considérée comme la "princesse de la musique arabo-andalouse et du hawzi", a commencé à étudier la musique très jeune. Elle a donc été repérée très jeune aussi, grâce à son talent dans la musique andalouse et son excellente voix.

Ses récents travaux musicaux ont pu être regroupés dans un coffret de CD de noubas issues du patrimoine classique arabo-andalou ainsi que des quassaides dans "le Madih". Grâce à son souffle contemporain, elle attise passionnément les braises de la tradition. Elle a représenté l'Algérie lors de diverses manifestations dans l'ensemble du monde arabe...

Une artiste qui a fait de la politique

Oui, mais voilà, la blondinette algérienne a aussi été au cœur d'une polémique pour son soutien à Abdelaziz Bouteflika lors de son 4ème mandat. La chanteuse a en effet apporté sa contribution au clip de soutien "Notre Serment pour l'Algérie" auquel avait aussi participé le célèbre Khaled. Seulement, les fans algériens n'ont guère apprécié cet appui, qui s'est d'ailleurs fait moyennant finance. En réponse, la chanteuse survoltée aurait répondu à ceux qui la traitaient de "vendue au pouvoir" et de "personne sans principe" qu'ils n'étaient que des ingrats ou des bâtards. Ces expressions charmantes et poétiques n'ont toutefois pas été assumées par Rym Hakiki. Celle-ci a en effet rétorqué que ces paroles avaient été prononcées par une autre chanteuse, dont elle a voulu préserver l'anonymat. Les lecteurs algériens qui ont lu cette réponse dans la presse sont toutefois restés dubitatifs face à de tels propos. Celle qui a touché un cachet conséquent pour avoir apporté son soutien à Bouteflika a enfin affirmé "ceux qui ne sont pas reconnaissants de ce qu’a apporté Bouteflika sont, soit des ingrats soit des bâtards, car seuls les bâtards ne reconnaissent pas leurs parents" !
Voilà qui ne sera pas effacé de sitôt, les Algériens, lorsqu'ils sont vexés, ont bonne mémoire.

Auteur :
Mis en ligne : Samedi 7 Décembre 2019

Autour de ce sujet