Aromathérapie

Aromatherapie

L'aromathérapie est un art qui procure du bien-être grâce aux essences et arômes que dégagent les fleurs et les plantes. A une époque, on en faisait même un usage médicinal. Si l'expression aromathérapie est récente, puisqu'elle a été inventée par un Français nommé René-Maurice Gattefossé en 1928, son usage remonte à la haute Antiquité.

Les fumigations

 

L'histoire de l'aromathérapie commence sûrement avec les premières fumigations. On s'est aperçu il y a plusieurs siècles, qu'en brûlant certaines plantes aromatiques, cela influait sur nos humeurs. Certaines plantes provoquait un état de relaxation ou de somnolence et d'autres l'euphorie. C'est ainsi que les hommes attribuèrent des pouvoirs divins aux plantes qui leur faisaient vivre des expériences mystiques. L'usage des fumigations sur les malades, dans le but d'éloigner les mauvais esprits responsables de la maladie, constitue l'un des premiers soins médicaux.

Les Egyptiens anciens

 

Les Egyptiens de l'Antiquité sont considérés comme les véritables créateurs de l'aromathérapie. Ils utilisaient les arômes aussi bien en cosmétologie, en médecine, qu'en magie rituelle ou pour l'embaumement des morts. A voir le bon état de conservation des momies égyptiennes parfois âgées de plusieurs milliers d'années, il y a lieu de penser que les essences aromatiques ont un pouvoir de conservation important ! Mais n'oublions pas que le savoir-faire des embaumeurs égyptien comptait aussi pour beaucoup dans l'efficacité des essences aromatiques. Les Egyptiens n'utilisaient probablement pas des huiles essentielles en tant que telles, car celles-ci sont obtenues par distillation, une technique alors mal connue d'eux, mais des baumes et des onguents. Pour les fabriquer, ils faisaient infuser des plantes et des résines dans de l'huile ou de la graisse, qu'ils laissaient ensuite macérer au soleil pendant plusieurs jours. Leurs jardins botaniques contenaient des plantes précieuses et rares, certaines étaient ramenées d'Inde et de Chine. Mais ils recherchaient surtout l'huile de cèdre, utilisée en médecine et pour les embaumements surtout, car elle ralentit la putréfaction du corps. Peut-être connaissez-vous également le kyphi, un fumigène sacré que l'on brûlait à l'époque en l'honneur du dieu du Soleil et qui a des propriétés soporifiques et enivrantes. Pour le préparer, on mélangeait les arômes de la cannelle, du genévrier, du cassia, du safran, de la myrrhe, du bois de santal, et on liait le tout avec du miel.

La distillationHuiles essentielles

 

La distillation est un procédé consistant à séparer les substances d'un liquide. On fait bouillir le mélange, dont on sépare le distillat du résidu (en général à l'aide d'un alambic). La découverte de la distillation est tantôt attribuée aux Romains (il y a 2000 ans), tantôt aux Grecs. Mais on s'accorde à dire que les Arabes du 9e siècle de notre ère l'ont développé avec la technique de l'alambic. Celle-ci a été améliorée par l'alchimiste arabe ou persan, Jabir ibn Hayyan, vers l'an 800. Il a conçu plusieurs autres appareils, certains étant encore utilisés en chimie. La distillation des plantes permets d'obtenir un produit concentré, pur, donc plus efficace. Ainsi, les guérisseurs utilisaient du camphre distillé, mélangé à de l'eau de rose et du bois de santal, pour désinfecter leurs vêtements et se protéger des infections. Ibn Sina aurait davantage perfectionné l'art de la distillation et utilisait également les essences aromatiques pour favoriser la soudure des fractures ou apaiser les douleurs musculaires à l'aide de massages.
Entre le 11e et le 12e siècle, les parfums d'Arabie étaient renommés en Europe. Les chevaliers croisés ramenèrent du Proche-Orient du maquillage, des parfums exotiques, mais aussi les méthodes de distillation des plantes aromatiques.

Auteur :
Mis en ligne : Lundi 26 Novembre 2007