L'Epiphanie et les rois mages

w7

Chaque année, entre le 2 et le 8 janvier, on fête l’Epiphanie ("apparition" en grec), surnommée La Fête des Rois. À l'origine, l'Épiphanie était l’équivalent oriental de la fête de Noël. Selon la tradition chrétienne, le jour de l’Epiphanie est celui où Dieu s’est manifesté à travers certains événements comme le miracle de Cana (où l'eau fut changée en vin) et lors de l’épisode de l'adoration des Mages.

Etoile de Bethlehem et Adoration des Mages


L’histoire des rois mages s’appuie à la fois sur des récits bibliques et des récits légendaires construits au fil des siècles. On raconte qu’à l’époque d’Hérode, trois mages et éminents astrologues d’Orient aperçurent une nouvelle étoile dans la voûte céleste à l’ascendant, autrement dit, une étoile qui se levait à l’est. Cette étoile annonçait la naissance d’un messager divin, dit la tradition chrétienne. Les trois mages d’Orient se mirent alors en route pour la Judée afin de rendre hommage au messie, en suivant l’Etoile de Bethlehem. L’Astre aurait guidé les trois mages jusqu’au logis où se trouvait l’enfant Jésus (d’après l’évangile selon Matthieu, Bible catholique).

L’horoscope messianique

 

Horoscope ancienL’Etoile à laquelle il est fait référence dans la Bible catholique pourrait être le symbole de la prophétie issue de l’horoscope dressé par les mages. De nombreuses tablettes d’argiles et des manuscrits de la mer Morte contiennent des représentations de cartes du Ciel et des signes du zodiaque. Des documents anciens découverts au Proche-Orient traitent de l’influence des planètes et des étoiles sur le jour de naissance de chacun. Certains manuscrits font d’ailleurs référence à la naissance d’un Prince de Lumière, dans lequel Jésus de Nazareth a été reconnu.
Il semble donc que lorsque les mages disent : "Nous avons vu son étoile à l’Orient", ils font allusion à l’ascension d’une étoile relative à la naissance d’une personne exceptionnelle.

Qui sont les Rois Mages ?


Il faut savoir que les évangiles de Luc et de Matthieu, qui relatent la naissance de Jésus, ne donnent aucune indication sur les noms ou le nombre des mages. C’est un historien, Bède le Vénérable (672 env.-735), qui cite pour la première fois les noms des mages tels qu’ils sont désignés par la tradition : Balthasar, Melchior et Gaspard. Cependant, un manuscrit datant du 6ème siècle qui a été retrouvé par la suite, les désignaient déjà comme "Bithisarea, Melichior et Gathaspa". Si on ne peut affirmer avec certitude que les mages étaient rois, tout porte à croire qu’ils étaient des nobles, originaires de différentes contrées d'Afrique et du Moyen-Orient. Un mage désigne à l'origine un prêtre perse ou mède.

Portraits des mages

Le nom Melchior vient de Malkiyah, qui signifie "l’Éternel est roi" en amharique, une langue sémitique parlée dans l’Est de l’Afrique. Etant le plus âgé des rois mages, Melchior prend la parole en premier. Il offre au Christ l’or, qui est un symbole de dignité royale.

Gaspard vient de Gondopharès en langue persane. Ce nom est celui d’un roi indo-parthe dont l’existence est avérée par les historiens. Ce roi qui régnait sur un territoire comprenant une partie de l’Iran et du Pakistan actuel, aurait engagé saint Thomas, disciple du Christ, qui a enseigné le christianisme à Gaspard, lui donnant ainsi l'envie de se convertir.
Gaspard offre l’encens au Christ, en symbole de piété.

Balthasar est issu de Balatsu-usur en langue babylonienne et signifie "qu’il protège sa vie". Balthazar serait originaire de Mésopotamie. Balthazar, que les Provençaux appellent Bautezar, serait allé en Provence à son retour de Galilée.
Ce dernier roi offre la myrrhe au Christ, comme remède symbolique aux souffrances. A cette époque, la myrrhe était utilisée pour fabriquer des baumes qui soulageaient les blessures.

Si l’épisode des Mages d’Orient a su traverser les lieux et les époques en étant célébrée le jour de l'Epiphanie, c’est qu’elle représente l’espoir (un nouveau-né qui apportera la paix) et l’union des peuples, puisque les trois sages viennent de contrées différentes.

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 2 Janvier 2011