Naissance des arts divinatoires

Ciel

La Mésopotamie, berceau des arts divinatoires


Tout a commencé lorsqu'il y a 2500 ans, les Chaldéens ont développé un système de divination fondé sur les astres. Les Chaldéens sont un ancien peuple nomade du nord de l'Assyrie et de l'Arménie, qui occupaient surtout le sud-ouest de Babylone. Ils firent de la Babylonie, qui finit par s'appeler la Chaldée, la puissance dominante de la Mésopotamie. Quant au système de divination développé par ce peuple, il s'agissait d'une astrologie religieuse qui considérait les étoiles et les planètes comme les indicateurs d'une volonté divine, influençant le destin des rois et des peuples. Elle a traversé toutes les civilisations (perse, égyptienne puis grecque et romaine) mais a ensuite perdu son caractère religieux. C'est le cas lorsqu'elle a essaimé vers avec la Grèce et l'Empire romain, qui en ont conservé les bases mais lui ont ôté son caractère religieux.

La passion des Romains pour l'astrologie

Illustration: Bélier qui se dit Aries en LatinAries
A Rome, l'astrologie apparut un siècle avant notre ère, bien après l'interprétation des viscères d'agneaux sacrifiés ! Si Jules César était assez sceptique, ses successeurs se sont entourés des conseils d'un astrologue tout en interdisant au peuple romain d'avoir recours aux mages, de peur que ces derniers ne lui prédisent leur mort... Avec l'avènement du christianisme, l'astrologie a été discréditée, sinon par le peuple, du moins par l'Eglise catholique. En islam, en revanche, la prédiction astrologique est tolérée. Les monarques musulmans avaient fréquemment recours à des astrologues qui leur dressaient leur horoscope.

Les Arabes et l'astrologie


L'astrologie est une discipline dans laquelle les Arabes de l'époque classique se sont particulièrement illustrés. S'enrichissant des connaissances ésotériques des initiés égyptiens, chaldéens et hindous, les astrologues arabes ont synthétisé les différents savoirs de l'époque : la première synthèse magistrale de l'astrologie, le Tetrabiblos, fut écrite par Ptolémée en 140. Cet écrit contient les grands principes de ce qui deviendra l'astrologie occidentale.

La prédiction d'Al-Kindi

Les prédictions justes sont-elles de simples coïncidences ? Pour les esprits rationnels, la réponse est oui. Pourtant, lorsque les prophéties se réalisent, cela fait froid dans le dos... C'est le cas de la prédiction attribuée à Al-Kindi. Ce savant arabe dont le nom complet est Abu Yusuf Yaqub Ibn Ishaq Al-Sabah Al-Kindi (!), s'est intéressé aux sciences, à la philosophie grecque et aux arts, et l'astrologie était l'un de ses loisirs. Or en l'an 840, Al-Mutasim (Calife abbasside de 833 à 842), en proie à d'importantes difficultés politiques, aurait consulté Al-Kindi au sujet de son avenir et celui de sa descendance. L'étude d'Al-Kindi qui nous est parvenue par le biais d'une tradition orale est pour le moins troublante. Al-Kindi a lu dans les astres la proche décadence et l'éclatement de l'unité du Califat, le transfert du pouvoir vers Damas puis vers l'Occident, suivi de la fulgurante ascension de l'Empire turc qui allait à son tour connaître le déclin. Il prédit également le fait que l'islam aurait le vent en poupe de nouveau en l'an 1379 de l'Hégire (l'an 2001 de notre ère).

Les sceptiques

L'un des plus éminents philosophes s'exprimant en arabe, Avicenne (connu en arabe sous le nom d'Ibn Sina) lui, ne croit pas à l'astrologie. Il en explique l'origine par le désir irrésistible des hommes de connaître le futur. Qu'il s'agisse des planètes, du zodiaque, des maisons et des aspects, d'hémérologie ou des noeuds lunaires, les astrologues n'ont aucune explication scientifique selon Avicenne. L'astrologie n'est peut-être pas une science exacte, mais elle a largement contribué au développement de l'astronomie en donnant à l'homme le désir d'étudier les astres et l'univers. En effet, les savants du Moyen-Orient manifestaient un vif intérêt pour les corps célestes et l'espace en général. Ainsi, les astronomes égyptiens avaient mis au point un calendrier solaire proche du notre qui comptait 365 jours. Les Babyloniens et les Chaldéens étaient capables de savoir quand les éclipses de Soleil et de Lune auraient lieu. Ce sont ces savants qui découpèrent la zone du ciel parcourue par le Soleil en 12 tranches égales, qui se retrouvent dans les douze signes du zodiaque. Par ailleurs, il s'est avéré qu'il existait des personnes capables de faire des prédictions récurrentes et justes. Reste à savoir s'il s'agit de divination ou d'une faculté psychologique...

Auteur :
Mis en ligne : Samedi 23 Juin 2007