Kéwé Tékochine interpelle la première dame sur la bataille des femmes militaires au sein des unités féminines kurdes

Brigitte Macron

Ce lundi 8 mars marquait la journée internationale du droit des femmes. Une occasion pour Kéwé Tékochine, écrivain français et ancienne combattante aux côtés des forces kurdes en Syrie, d'adresser une lettre ouverte à Brigitte Macron et lui faire part d'une demande bien particulière.

Chaque année, le 8 mars est une journée symbolique pour de nombreuses personnes. Ce jour marque la journée internationale du droit des femmes. Une occasion pour chaque individu de livrer un témoignage au sujet de la lutte féminine ou encore les inégalités entre les hommes et les femmes.

Ce qui est le cas de Kéwé Tékochine, ancienne combattante aux côtés des forces kurdes en Syrie. La jeune femme, une Française âgée de 30 ans, a profité de cette journée pour adresser une lettre ouverte à Brigitte Macron. Elle interpelle la première dame sur la bataille des femmes militaires au sein des unités féminines kurdes en faveur de la laïcité, du féminisme, mais aussi de la lutte contre l'islamisme radical en Syrie.

Dans son courrier, relayé par Le Figaro, Kéwé Tékochine – dont le surnom veut dire Perdrix de Combat en kurde – affirme que ces combattantes, surnommées Yapajas, ont permis dernièrement à la France de ne pas voir "d'attentat de grande ampleur" survenir sur son territoire. Au mois de novembre 2020, Emmanuel Macron avait accepté de rencontrer la Fédération Démocratique du Nord de la Syrie, organisation anciennement intégrée par Kéwé Tékochine. Malheureusement, ce rendez-vous a été annulé. "Ce geste donnait espoir à ces femmes et ces hommes qui, s’ils se sont d’abord battus pour leur liberté, ont aussi combattu notre ennemi commun parce que nous partageons les mêmes valeurs", a déclaré Kéwé Tékochine. La jeune femme a donc invité la première dame à demander à Emmanuel Macron d'organiser une nouvelle rencontre. Selon Kéwé Tékochine, 'Seules les Forces Démocratiques Syriennes (FDS) étaient parvenues à faire reculer l’idéologie mortifère de l’islamisme qui, depuis, revient en force dans toute cette partie du Moyen-Orient.'.

Auteur :
Mis en ligne : Mercredi 10 Mars 2021

Autour de ce sujet