En Autriche, les socialistes triomphent, l'extrême-droite s'est effondrée

Extreme droite Strache

Alors qu’en 2017, suite à une victoire électorale massive du parti de droite (ÖVP), le parti d’extrême droite Autrichien (FPÖ) avait surpris l’Union Européenne en étant invité au Gouvernement de coalition de l’Autriche, il vécut un véritable scandale qui l’obligea à quitter le gouvernement en 2019.

Le 26 janvier 2020, le parti social-démocrate (SPÖ) a repris de la vigueur en gagnant les élections régionales. Le parti d’extrême droite autrichien (FPÖ) lui, a vécu ce jour-là une véritable déculottée.

Pour le Parti social-démocrate (SPÖ), cette victoire inespérée est un immense bienfait, après une série de reculs. Mais elle risque de relancer les tensions internes sur la ligne à adopter au niveau fédéral et lors des 'élections régionales de Vienne qui se tiendront à l’automne' selon un journal.

Le FPÖ (Parti de la Liberté, droite populiste) ne se relève pas de l’affaire d’Ibiza et de son départ du gouvernement fédéral en mai dernier : il chute sous la barre des 10 %.
C’est un retour dans la vie politique, sans gloire, pour Heinz-Christian Strache, l’ex-leader de l’extrême droite autrichienne, déchu en mai 2019, à la suite du fameux scandale.

Son nouveau parti, 'Team HC Strache - Alliance pour l’Autriche', n’a obtenu que 3,6 % des suffrages, dimanche 11 octobre, aux élections municipales de Vienne ; en dessous du seuil nécessaire de 5 % pour siéger au conseil municipal.

Le QG du parti d’Extrême-droite (FPÖ) se trouve en plein centre de Vienne; non loin d’Albertina, et d’une synagogue. Il faut savoir que le FPÖ est notoirement connu pour ses positions anti-juives. Tiens, quelle coïncidence, c’est justement là qu’ont eu lieu les attentats d’Autriche du 2 novembre 2020.

De plus, ce même parti avait fait la promotion d’un parti encore plus extrême, le parti des identitaires, accusé en 2019 de collusion avec le terroriste australien qui avait alors exécuté 50 fidèles musulmans !

'Un homme armé était toujours en fuite après avoir semé la terreur, avec au moins un autre homme, lundi soir en plein centre de Vienne, faisant quatre victimes et de nombreux blessés. Le suspect est décédé après avoir été abattu lors de l’opération de police.
'Une attaque terroriste répugnante', selon le chancelier autrichien Sebastian Kurz (ÖVP).

L’extrême droite a essayé de regagner la confiance des électeurs, par le biais de déclarations nauséabondes le soir même du drame.

Mais cela s’est retourné contre le FPÖ : En effet lorsqu’ils étaient au pouvoir, ils se sont employés à gravement affaiblir le BVT (Bureau pour la protection de la Constitution et la lutte contre le terrorisme) qui de ce fait, n’a pas été assez réactif pour traiter l’alerte des policiers slovaques, lorsque ces derniers les ont alerté que le terroriste du 2 novembre tentait de se procurer des armes sur leur territoire 4 jours avant l’attaque.

S’il devait y avoir une morale à cette histoire, c’est que les partis d’extrême droite ne sont pas une solution face aux menaces d’extrémisme, bien au contraire.

Si les Français pouvaient méditer sur ce fait à propos du RN qui se montrera tout aussi néfaste s’il venait à accéder au pouvoir….

Auteur :
Mis en ligne : Dimanche 8 Novembre 2020

Autour de ce sujet