Immigration aux USA: un traitement inhumain

Migrants USA
Agents Mexico

"Un chenil pour les chiens"

L'administration Trump annonce un plan qui permettrait de détenir indéfiniment des enfants sans-papiers. Dix-neuf États ont déposé le 26 août 2019 une plainte fédérale contre la nouvelle réglementation de l’administration Trump sur la détention illimitée des familles immigrées, au nom de la dignité humaine. Les camps de détentions américains ont en effet été qualifiés de "chenil pour les chiens"...

Le procureur général de la Californie, Xavier Becerra, et le procureur général du Massachusetts, Maura Healey, ont joint leurs efforts dans une action commune en affirmant qu'une détention prolongée causerait un préjudice irréparable aux enfants et aux communautés qui les accepteraient après leur libération du centre fédéral.
"Cette nouvelle règle de Trump met indûment en péril la sécurité et le bien-être des enfants", a déclaré Becerra dans un communiqué. "Aucun enfant ne mérite d'être laissé dans des conditions aussi mauvaises pour son âge."

Les autorités fédérales prévoyaient des actions judiciaires de contestation concernant la proposition de Donald Trump, contestation qui pourrait prendre effet dans les 60 jours si un juge fédéral l’approuvait. Kevin McAleenan, secrétaire par intérim de la Sécurité intérieure, a déclaré mercredi 20 août 2019 en annonçant la règle selon laquelle il serait soi-disant prévu de garder les familles ensemble tout en traitant efficacement leurs demandes d'asile: "Aucun enfant ne devrait être un pion dans un stratagème visant à manipuler notre système d'immigration".
Le projet de règlement traite de l'accord de 1997 conclu dans le cadre d'un recours collectif connu sous le nom de règlement Flores. L’accord prévoit que les enfants sans-papiers arrivés non accompagnés soient libérés le plus rapidement possible pour leur bien-être. Il comprend une limite de 20 jours de détention.
Une décision de justice de 2015 a étendu la politique aux familles, qui, selon des responsables de l'administration, a encouragé les familles à franchir illégalement la frontière dans l'espoir d'une courte détention.
La juge Dolly Gee, de la Cour de district américaine, qui supervise la transaction de Flores, devrait approuver le règlement proposé par l'administration Trump avant de remplacer le règlement de Flores.

Kevin McAleenan

Les responsables de l'ICE (Immigration and Customs Enforcement ou Contrôle de l'Immigration et des Douanes en français) affirment que leurs centres de détention pour familles répondent à des normes élevées en matière d'hébergement, de nourriture, de loisirs et d'éducation. L'ICE dispose de trois établissements totalisant environ 3 000 lits pour les familles, dont deux au Texas - le centre résidentiel du comté de Karnes à Karnes City et le centre résidentiel du sud du Texas à Dilley - et le centre résidentiel familial du comté de Berks en Pennsylvanie.
Les familles de migrants passaient environ 50 jours en détention, dans l'attente d'une décision, avant que le maximum de 20 jours ne leur soit appliqué, il y a quelques années, a déclaré McAleenan.

Mais les conditions de détention dans les centres de détention de courte durée ont fait l'objet de nombreuses controverses, un afflux record de migrants ayant mis le système à rude épreuve. Les migrants et les avocats se sont plaints de l'insuffisance des soins de santé, de la nourriture et de l'eau, ainsi que de l'insalubrité et l'insécurité régnant dans ces camps.
Les enfants migrants détenus ont besoin de savon et de dentifrice.
Les autres États participant à la poursuite judicaire sont: le Connecticut, le Delaware, l’Illinois, le Maine, le Maryland, le Michigan, le Minnesota, le Nevada, le New Jersey, le Nouveau Mexique, l’Oregon, la Pennsylvanie, le Rhode Island, le Vermont, la Virginie, Washington et le district de Columbia.

"Avec cette règle, l'administration Trump ouvre la voie à l'ICE pour emprisonner des enfants innocents pour une durée indéterminée et tente de priver les États de la capacité de les arrêter", a déclaré Healey du Massachusetts dans un communiqué. "Cette dernière attaque contre des enfants immigrants est cruelle, immorale et illégale, et nous les poursuivons en justice pour y mettre un terme."

Auteur :
Mis en ligne : Mardi 27 Août 2019

Autour de ce sujet