Interview d'Elise Franck

Elise Franck, portrait

Orientale.fr - Pourriez vous nous résumer votre parcours (votre emploi ou le secteur dans lequel vous travailliez avant de devenir rentière, votre situation personnelle...)

Elise Franck : Mon parcours est assez simple puisque j'ai fais, après le bac, un BTS de direction trilingue. Après avoir "essayé" plusieurs jobs, j'ai été assistante de direction durant 6 ans dans un grand groupe bancaire. Comme je m'ennuyais à mourir et que je me rendais compte petit à petit qu'être salarié n'était pas fait pour moi, j'ai décidé de me lancer dans l'immobilier. J'ai alors commencé à acheter des appartements pour faire des investissements, puis en me rendant compte que je gagnais plus d'argent grâce à l'immobilier qu'en étant salariée, je me suis fixée un objectif clair : devenir indépendante financièrement le plus vite possible. J'ai acquis aujourd'hui une richesse inestimable : la liberté. Pour moi le plus important était de n'avoir plus besoin de travailler pour vivre. 

Orientale.fr - Qu'est-ce qui vous a donné le courage de vous lancer?

Elise Franck : L'idée m'est venue lorsque je me suis rendue compte que je ne voulais plus être sous les ordres d'un patron, que je ne voulais plus avoir une vie routinière sans surprises ni continuer à faire mes huit heures de rang et être un pion dans le rêve d'un autre. Tous ces efforts fournis pour rien ou pour si peu... J'ai toujours eu le sentiment d'être manipulée, utilisée et puis toutes ces journées passées au service d'une entreprise me donnaient l'impression et la certitude que je perdais mon temps. Aujourd'hui, chaque journée, chaque instant est utilisé comme bon me semble. Donc, après avoir fait ce constat peu encourageant, je me suis dit : je n'ai qu'une solution, gagner ma vie sans avoir besoin de travailler pour ensuite choisir non pas de "me la couler douce" et ne rien faire, mais de prendre mon destin en main. Et pour moi, il n'y avait qu'une solution : investir dans l'immobilier, devenir propriétaire grâce aux loyers versés par mes locataires, valoriser au maximum mon capital, profiter des fluctuations du marché pour vendre et empocher des plus-values, augmenter ma capacité d'emprunt et mon capital pour m'enrichir et devenir indépendante financièrement.

J'ai toujours été passionnée de décoration, et je passais le plus clair de mon temps à réaménager mon intérieur. C'est en analysant le marché immobilier que je me suis rendue compte que les biens proposés à la vente et à la location ne correspondaient pas toujours aux attentes des futurs propriétaires ou locataires en terme de présentation. Je me suis aperçue en même temps qu'il était possible d'avoir des écarts de prix importants que ce soit à la vente ou à la location et par là même, qu'il était possible de gagner rapidement de l'argent grâce à un aménagement qui correspond plus aux demandes des acquéreurs et futurs locataires. Malgré les avis très contrastés des uns et des autres, j'ai quand même réussi mon pari : devenir rentière en quelques années.

Orientale.fr - Saviez-vous que l'accès à la propriété par les ménages immigrés maghrébins par exemple, était difficile, parce que nombre d'entre eux ont des revenus peu élevés selon une moyenne nationale... Selon vous, peuvent-ils espérer tout de même réussir votre "plan business" ?

Elise Franck : J'ai moi-même vécu en Afrique du Nord mes premiers 18 ans et j'en ai gardé des souvenirs très heureux. La vie était facile pour moi et c'est peut-être aussi une des raisons pour lesquelles j'ai toujours eu par la suite ce besoin d'indépendance, une envie peut-être de retrouver la qualité de vie que j'ai perdue en quittant le pays de mon enfance et de mon adolescence... Toute personne qui a un salaire et un emploi peut espérer réussir le plan que j'ai appliqué. Car tout repose sur la capacité d'emprunt que l'on peut avoir. Bien sûr la durée de réalisation ne sera pas la même en fonction du capital de départ et du montant de la capacité d'emprunt, donc une personne qui gagne le SMIC et qui n'a aucun apport mettra plus de temps que la personne qui a déjà un apport personnel ou une importante capacité d'emprunt. Je donne dans mon livre des conseils pour ceux qui ont des revenus plus modestes.

Orientale.fr - On a l'impression en lisant votre livre (Comment je suis devenue rentière en quatre ans édité par Maxima) que l'investissement immobilier est peu à peu devenu plus qu'une simple source de revenus, mais une véritable passion pour vous ?

Elise Franck : Oui, c'est vrai, alors que ce n'était au départ qu'un moyen de m'enrichir et de m'assurer des revenus supplémentaires, c'est devenu peu à peu une vraie passion. À tel point que j'en ai fait mon métier puisque j'ai créé, il y a 6 mois ma société "Elise Franck Conseil" qui à pour but d'aider les personnes qui souhaitent bénéficier à leur tour des nombreux atouts apportés par l'investissement immobilier. J'apporte à travers ma société tout mon savoir faire pour permettre à mes clients d'obtenir une rentabilité maximale dans le cadre de leurs investissements locatifs (voir le site : www.elise-franck.com)

Orientale.fr - Pourquoi avoir voulu partager les secrets de votre réussite dans un livre avec des millions de gens ? Vous auriez pu les garder pour vos intimes ?

Elise Franck : Oui, effectivement, j'aurais pu garder les secrets de ma réussite pour moi, car c'est vrai que beaucoup de personnes m'ont dit de ne pas en parler aux autres car "ils voudront tous faire comme toi". Mais je n'ai jamais été dans cet esprit-là de vouloir tout garder pour moi. Je trouve qu'avoir un tel comportement ne me correspond pas. Si je peux, grâce à mon livre, aider certaines personnes à sortir de leur quotidien, à améliorer leur vie, ou si, grâce à mon livre, ils réussissent à se bâtir une vie meilleure, le seul fait d'y penser m'apporte déjà une grande satisfaction. 

Auteur :
Mis en ligne : Vendredi 2 Mai 2008