Les astronomes orientaux

Eclipse
Mosquee ramadan

Ce sont les savants arabes des années 700 qui remirent au goût du jour l'astronomie, qui avait été oubliée depuis l'Antiquité!

Vers 600 avant notre ère, les Grecs de l'Antiquité contribuèrent grandement au développement de l'astronomie en tant que science, et pas uniquement comme discipline mixte à la fois scientifique et mystique (courant dans l'Antiquité). Après les travaux des Grecs, l'astronomie sera oubliée pendant plusieurs siècles. Il fallut attendre le 8ème siècle pour voir ressurgir l'intérêt pour l'étude de l'Univers, grâce à la civilisation arabe. L'engouement pour l'astronomie était tel à cette époque, que l'on créa des observatoires d'astronomie à Bagdad (Irak), à Damas (Syrie) et à Ispahan (Iran). L'Almageste de Ptolémée, ouvrage de référence en matière d'astronomie, a bien sûr été traduit en Arabe, ainsi que beaucoup d'autres livres de savants grecs...

L'astronome syrien Al Battani (855-929) consacra une partie importante de sa vie aux planètes et aux étoiles puisqu'il les observa pendant plus de trente ans! Al Battani a grandement contribué à enrichir les connaissances en astronomie. Il rectifia certains calculs du Grec Ptolémée et fit de nouvelles tables pour le Soleil et pour la Lune, qui furent longtemps utiles aux astronomes du monde entier. Il utilisa également un nouvel instrument: la lunette d'observation. Cette sorte de longue-vue qui ne comportait pas encore de loupe puissante permettait de focaliser le regard sur un point précis du ciel. De cette façon, l'observation était plus pointue et les déductions analytiques étaient plus fiables.

Pour les savants arabes qui étaient souvent musulmans, l'étude de l'astronomie aidait à déterminer le début et la fin du mois de Ramadhan ainsi que les heures de prière. Mais l'étude de l'univers et les lois de la nature en elles-mêmes intéressaient les scientifiques arabes. Par ailleurs, contrairement à une idée répandue, les scientifiques arabes de l'époque classique n'étaient pas tous de fervents religieux. En effet, certains étaient des adeptes de la philosophie du Grec Aristote, pour lequel il ne fallait pas confondre la foi et la science, par essence objective et imparfaite (les connaissances évoluant au fil du temps, elles peuvent être remises en cause), alors que la religion repose sur des croyances qui n'ont pas à être vérifiées car elles sont essentiellement morales et symboliques. La science au contraire de la religion, est l'étude de ce qui est concret et temporaire. La spiritualité, intemporelle, dépasse la matérialité et a pour objectif de parfaire la moralité des hommes.

On ne peut que regretter que l'étude approfondie et passionnée de l'astronomie ait été abandonnée par les Arabes après l'époque classique, car ils nous auraient peut-être permis de "percer les secrets de l'univers" (pour reprendre une expression d'Albert Einstein) il y a longtemps. Mais Dieu merci! elle est réapparue grâce à des savants européens comme Copernic au 15ème siècle pour perdurer jusqu'à nos jours.

Auteur :
Mis en ligne : Vendredi 30 Août 2019