Ces savants musulmans qu'on a oublié, Al Khawarizmi

Algorithme

AL KHAWARIZMI - Au commencement était le nombre


Encore un Perse de langue arabe, qui apporté sa touche dans les sciences ! En effet, Al Khawarizmi a inventé le procédé qui permet de résoudre le problème de sudoku, carré magique.
Originaire d’Ouzbékistan, son nom a donné naissance au mot "algorithme". Celui que ses contemporains appelaient le père de l'algèbre, en référence à son ouvrage Kitab Al jabr w'al mouqabala, est célèbre pour son apport colossal aux mathématiques. On lui attribue notamment la transposition qui a causé bien des cauchemars aux petits écoliers soucieux de venir à bout de leurs équations. L’algèbre, qui provient du mot arabe Al Jabr, désigne la transposition d’un terme d’un membre à l’autre d’une équation. Cette transposition se traduit essentiellement par l’ajout d’une même quantité dans les deux membres de l’équation afin d’éliminer les termes apparaissant en soustraction.

Les carrés magiques

Les carrés magiques sont habituellement des carrés de nombres entiers. La somme de chacune des lignes, de chacune des colonnes et des deux diagonales principales de ces carrés est identique. Les tout premiers carrés magiques ont été trouvés au Tibet et avec des chiffres arabes, avec une variante ancienne.
L'organisation de ces matrices est remarquable. Chaque nombre est complémentaire. Ils participent tous à la perfection du système.
Dès l'origine, ces structures sont associées à l'harmonie universelle. Elles manifestent l'existence d'un principe d'ordonnance mystérieux qui s'applique partout et en tout.
L’Orient de culture arabe est la genèse des mathématiques. Mais pour les mathématiciens de l’époque, les calculs et les carrés magiques étaient la manifestation intelligible de l'ordre cosmique, qui peut renseigner sur la structure de l'Univers.

Auteur :
Mis en ligne : Lundi 8 Avril 2019